Cahors en matinée!... Il fallait oser!... Fut-il globalement issu d'un des domaines vedettes de la région : le Château du Cèdre, des frères Verhaeghe. Nous avons hésité à élargir cette dégustation à l'ensemble du200507_009 grand Sud-Ouest, mais seules, quelques autres cuvées sont proposées à cette occasion. En espérant qu'elles étaient pour tous les présents, autre chose que des faire-valoir!...

Nous aurions pu également nous lancer dans un match France-Amérique du Sud, tant le côt, ou malbec, est désormais présent là-bas, outre-Atlantique, largement diffusé de par le monde et souvent apprécié. Une idée, pour un autre jour... de match de rugby France-Argentine!... Le rugby, puisque nous sommes en Ovalie!...

Et si l'on cherche une association d'idée un rien farlefue, ne pourrait-on dire que les vins de Cahors sont à la musique barroque, ce que St Emilion ou Vosne-Romanée est à la musique symphonique?... La viole de gambe et un superbe Stradivarius?... Marin Marais et Mozart?... Le rap et le jazz?... Et encore, citant le rap, 200507_013je crains, un instant, que nos vignerons cadurciens ne prennent ombrage, en associant ce genre de musique (rugueuse... rapeuse!) à la qualité des tannins de leurs cuvées!... Non, je gallèje!... En avant donc, pour Tous les matins du monde, plutôt que pour les Vieilles Charrues!...

- Argentine - Vuelo del Condor 2004 :
Rouge sombre. Un nez aimable, sur les fruits rouges. Des tannins souples, de la fraîcheur. Un pas de tango, pas rock pour deux sous!... Il est vrai que ce malbec ne passe pas en fûts!...

- Cahors, Châteu du Cèdre, cuvée Prestige 2004 :
Sombre. Un nez boisé, toasté. Solide et ferme en bouche. Le boisé domine et donne une rigueur importante. Assez belle longueur malgré tout...

- Cahors, Le Cèdre 2003 :
Très sombre. Grillé, vanillé sur la retenue, sans excès. La bouche est ferme, mais la mâche est importante.200507_014 Finit un peu asséchant...

- Cahors, Le Cèdre 2004 :
Rouge carmin sombre. Nez nuancé, discret. L'attaque est assez fraîche. Intense et ferme. Les tannins sont assez enrobés. Une rétro assez agréable.

- Cahors, Le Cèdre 2002 :
Rouge très profond. Joli nez de fruits frais mûrs, prunes, cerise Burlat. Attaque pleine et assez tendue. Rétro fine et agréable, sur une touche de pruneau. Finesse et droiture.

- Cahors, Le Cèdre 2001 :
Carmin profond. Fruits mûrs, assez intenses au nez. Attaque ferme. Des notes d'arômes tertiaires, sur les épices, la fumée. Assez grosse matière! Plus d'évolution déjà. Belle puissance!

- Cahors, Le Cèdre 2000 :
Rouge profond. Beaucoup de nuance au nez, avec des fruits mûrs élégants. La bouche garde longuement les sensations délicatement acidulées de l'attaque. Très beau vin, dès maintenant!...

- Cahors, Le Cèdre 1999 :
Rouge profond. Un premier nez sur des notes torréfiées, puis, à l'aération, des relents curieux de boîte de sardines à l'huile!... Evoque des cuvées rhodanniennes!... Les tannins sont assez souples, mais, on ne sait 200507_015trop quel sera leur avenir!.. De douces notes d'évolution...

- Cahors, Le Cèdre 1998 :
Rouge sombre et profond. Un nez tout en puissance, avec de l'alcool. Les tannins sont gommés et relevés par une acidité assez présente. Belle évolution!

- Cahors, Le Cèdre GC 2000 :
Rouge profond, violacé! Du fruit, mais de la discrétion, de la retenue. L'attaque est fraîche, mais la puissance et le volume s'imposent durablement. Grosse matière.

- Cahors, Le Cèdre GC 2003 :
Rouge violacé. Le nez est tout entier sur la nuance, fruité, agréable. Le boisé est fin. Concentré, mais on a une bonne sensation d'équilibre. Ca déménage!...

- Cahors, Le Cèdre GC 2004 :
Carmin profond. Nez assez diffus, qui évolue sur des notes rôties, confites. Assez belle fraîcheur fruitée, qui200507_012 finit sur des notes poivrées.

- Cahors, Château du Cèdre, cuvée Prestige 2004 :
Idem n° 2!... Sur cette bouteille, l'expression est en retrait. Tannins fermes. Volume presque insuffisant!... Son passage après les trois GC le pénalise grave!...

- Cahors, Château La Capelle-Cabanac, XL 2004 :
Rouge sombre violacé. Un nez très évolutif : lard grillé, suie, puis arnica!... Bouche assez fraîche malgré tout, mais qui finit sur des tannins un peu secs.

- Côtes du Marmandais, Clos Baquey 2002, Elian da Ros :
Sombre. Nez assez nuancé, sur des fruits cuits. Un assez beau cocktail de rondeur et de fermeté.

- Cahors, Le Sid 2001, Matthieu Cosse :
Très sombre. Un nez sur une dominante de fruits cuits, compotés. La bouche est assez raide, avec une matière en retrait...

290307_014- Cahors, Château Lamartine, Expression 2000 :
Rouge profond violacé. Alcool assez présent au nez, avec de nettes notes florales! La bouche est d'abord acidulée, mais la matière se révèle un peu absente. Les tannins sont très présents. De la fatigue... de celui qui déguste?...

- Cahors, Clos Triguédina, Cuvée Probus 1998 :
Rouge sombre. Une pointe nettment rôtie au nez. La bouche est un peu raide et nous conduit un peu simplement sur des notes de pruneaux compotés.

- Vin de Pays du Lot, Le Cèdre blanc 2005 :
Pur viognier. Beaucoup de fruit blanc, pêche, etc... Pour le plaisir de passer à autre chose!...