Depuis que la Villa Dilecta me tente, je ne pouvais l'aborder en dilettante!... La Vendée n'avait pas, jusqu'à ces dernières semaines, la réputation de posséder de nombreuses belles et grandes tables. Je veux dire, dans le sens "étoilémichelin" du terme! La voie lactée d'un des départements phares en matière de séjour estival, s'est longtemps contentée de l'unique étoile (perdue depuis!) de Beau Rivage, situé désormais sur la plage de Tanchet, aux Sables d'Olonne, à 500 m à peine, de celui dont il est question ici!... Un peu comme Vénus dans un ciel d'été : la première visible au crépuscule ou la dernière dans l'aube naissante...

210607_001  210607_005  210607_002  210607_007

Depuis peu, la Villa Dilecta, de Véronique et Jean-Pascal Vallée, a été distinguée par le célèbre guide (en même temps que le Logis de la Chabotterie, dans le bocage). Puis, cette année, deux nouvelles distinctions, avec La Marine, à Noirmoutier, déjà évoquée et Cayola, situé à peine plus au sud, sur la côte sablaise. En fait, il est à noter que deux "étoilés" sont à peine séparés par trois petits kilomètres sur la corniche. A mi-chemin, un "ex-étoilé", que l'on ne peut vraiment oublier et dans un périmètre tout proche (à 500 m de ce dernier!), semble poindre la carte d'un nouveau venu à suivre!... Heureux touristes sabl'olonnais!...

En ce 21 juin, jour de l'été et de la Fête de la Musique, on se dit qu'un beau repas, avec vue sur mer, avant 210607_003même le rush des visiteurs estivaux, c'est un bon plan, qui pourrait être ponctué par une promenade digestive en bord de mer, qui plus est, dans une ambiance musicale. Las!... De210607_006 sombres nuées pointent à l'horizon, l'air fraîchit, déjà quelques gouttes apparaissent!... Au terme du repas, le vent est monté à force 6 ou 7 et il tombe des cordes!... Ambiance!...

Après une courte réflexion et juste le temps d'apprécier un cocktail maison très réussi, accompagné de succulentes mise en bouche, nous optons pour une Déclinaison des mets et des vins. Une formule que l'ensemble des convives doit découvrir. Un menu qui ne vous laisse pas sur votre faim!... A noter, qu'il existe une proposition plus légère, Évasion gourmande, aux environs de 50 €. Nous sommes quatre pour l'occasion et décidons d'opter également pour d'autres choix en matière de vins, proposés par une carte assez complète et non dénuée d'originalités, avec la présence de quelques vins étrangers (et même un Uruguayen!), ce qui n'est 210607_008pas si fréquent sur les tables de nos belles provinces!...

Avec ce joli menu, nous pourrons apprécier un Anjou blanc sec de Claude Papin, le Haut de la Garde 2000 (j'aurais préféré le 2001 annoncé sur la carte...), qui se révélera un très bon partenaire des deux premiers plats, puis un Condrieu 2003 de Pierre Gaillard, qui s'accommodera très joliment des saveurs du turbot, puis d'un choix approprié de fromages.

Je ne peux passer sous silence la seconde mise en bouche, une Blanquette de bar en îles210607_009 flottantes, absolument succulente! Exactement tout ce qu'il faut pour vous mettre en appétit!...

Les Ravioles d'huîtres en coque d'araignée, crème de homard à la badiane, sont assez substantielles et d'une belle finesse. A peine, peut-on avoir quelques difficultés pour les couper en morceaux, du fait de la forme de la coquille du crustacé!... Tout le 210607_010monde n'a pas la même dextérité, je vous le concède et c'est là un moindre mal! Certains optent d'ailleurs pour un passage en assiette!... Joli plat!...

Agréable suite avec le Flan d'asperges en chaud froid langoustines, copeaux de foie gras, beurre fondu aux bigorneaux. Une association d'arômes et de saveurs que je craignais un peu, façon "bombe culinaire"!... En fait, tout cela est très subtil!... Et mérite même une certaine attention. Les ingrédients maritimes prennent210607_011 un peu le dessus et c'est en cela que quelques instants de concentration ne sont pas de trop. N'en perdez pas le fil de votre conversation amicale, quand même!... Je me demande si un ou deux petits tours de moulin à poivre...

Dans ce menu "très mer", finalement (il ne faut voir cela comme un regret, mais une suite carnée, à ce stade, pourrait aussi être appréciée), nous passons au Turbot, 210607_012jus iodé de palourdes, coquillages au parfum de citron vert. Là encore, des notes et des parfums nuancés.

Jusqu'aux fromages inclus, nous évoquerons la possibilité d'inverser le service des deux vins choisis. Il est clair que ce type de menu permet nombre d'options en la matière. Malgré tout, un éventuel vin rouge devra être sélectionné avec soin. Peut-être une syrah du Rhône, version cuve uniquement.

Quelques mots de la Bombe glacée passion romarin et sa crème glacée réglisse financier chocolat. Un210607_014 très joli cocktail de parfums pour finir, qui se succèdent en bouche. Pardon pour la qualité du cliché, mais la nuit était déjà tombée!... On notera aussi un "pré-dessert" très... délectable, à ce stade du repas : un sorbet fraise, jus de mûres et poivrons rouges confits des plus étonnants!...

Notre gourmandise ne reculant devant rien, il nous reste un peu de place pour les mignardises sucrées et un café issu d'une "carte des cafés" bien composée.

Au final, et avant de courir jusqu'à la voiture (météo oblige, pas pour nous enfuir sans payer!...), un joli souvenir que cette soirée!... Un des convives fit juste remarquer que l'on était (un peu trop... à son goût), avec ce menu, sur une suite de préparations crémeuses. Nombreux pourraient être ceux, à contrario, qui les apprécient pour leur diversité et en l'occurence, pour leur finesse. Quoi qu'il en soit, vous qui passez sur le remblai cet été, vous ne pouvez ignorer ce lieu!... Dilectez-vous!...

210607_018