Et chez vous, ça s'annonce comment?... A la veille de mon départ en vacances, j'ai posé la question à quelques vignerons de notre beau pays, étendu, divers, varié, au point qu'en cette année 2008, on avait le sentiment, au coeur de l'été, que l'inégalité du moment, c'était la météo!... Une moitié sud plutôt privilégiée et le nord sous le régime de la douche dite écossaise!... Qu'en est-il vraiment, à l'heure de recruter les vendangeurs?... Voici quelques tendances, dans l'ordre d'apparition dans ma boîte de réception!...

230807_003

Nous voilà tout d'abord dans le Haut-Languedoc, du côté d'Olargues, grâce aux infos d'Iris, vigneronne blogueuse du Domaine de Lisson :

" Rien de précoce, avancement de la maturité très irrégulier, selon les cépages, mais aussi pour un même Lisson_080907_001cépage. De la perte due au millerandage au moment de la fleur. Du mildiou au début de l'été, du fait que celui-ci s'est installé très tard et avec un temps très instable, beaucoup d'humidité et une très courte période caniculaire (environ dix jours fin juillet!)... Donc, petite récolte!...
Un seul traitement mi-juillet, qui a enrayé le mildiou sur feuilles. Un seul véritable vainqueur cette année : le petit verdot dans "l'arène", vert comme une pomme, mais bien fourni et bien portant! De nouveaux investissements pour des clôtures, chargées de dissuader les sangliers gloutons!... Grâce au temps passé - et à l'ingéniosité de Klaus! - ces derniers se contentent, à ce jour, de labourer la terrasse des pruniers (un vrai champ de bataille!) et le chemin d'accès!..."

De Bourgogne, un message de François Chavériat, du Domaine Chantal Lescure, à Nuits-Saint-Georges, qui estime, "qu'à ce jour, la situation ressemble un peu aux deux précédents millésimes, en tout cas pour l'évolution de la maturité. La véraison a pris du retard et on compte désormais sur la dernière décade d'août et comme d'habitude, sur septembre... L'état sanitaire est correct, mais, cependant, attention au mildiou 03042008_001tardif!... Début prévisible des vendanges, aux environs du 25 septembre."

Du coeur de l'Anjou et du Layon, Philippe Delesvaux, misant, avec son humour légendaire, sur des déclarations dithyrambiques, émanantes de quelques producteurs d'une célèbre région du Sud-Ouest, d'ici quelques jours, voit 2008 comme une "année tardive, humide en mai et juin, très sèche en juillet, plutôt froide en août. Septembre et octobre devront donc être merveilleux!...
Au domaine, on est passé au travers de la gelée et de la grêle. Les risques de mildiou, plus virulent que l'an dernier en mai et juin, ont été bien contrôlés. C'est bien pour le moment, dans un profil tardif (début des vendanges vers la mi-octobre), avec des rendements plutôt faibles. Mais, c'est une année avec beaucoup de disparité entre vignerons, les orages et le gel étant des accidents locaux."

Vu de Vendée, Thierry Michon, du Domaine St Nicolas, à Brem sur Mer, "croise les doigts, afin que le soleil Fief_d_melocal revienne terminer un été plutôt désastreux à ce jour!... Le climat vendéen, de réputation internati... bon bref, c'est plutôt pas terrible!... C'est très vert!... Normal chez les bios!... Après de nombreux traitements cuivre, copié-collé de l'an dernier pour le mildiou, pas de dégâts majeurs à ce niveau. Un peu plus début août, sur les pointes en vignes poussantes (pluie, soleil, pluie, soleil sans cesse...). Beaucoup d'herbe dans les vignes et donc, du travail pour redresser le tir avant la récolte!... Celle-ci sera retardée et permettra une meilleure maturité, avec peu de vendange en moyenne."

En Touraine, à St Nicolas de Bourgueil, Sébastien David se veut, dans un premier temps, résolument rassurant : "Pour moi, tout va bien dans les vignes, pas de mildiou, pas de pertes substantielles."

Cependant, trois semaines plus tard : " Cette année, avec chance, je n'ai pas gelé le 7 avril, contrairement à 26062008_037mes voisins, qui ont perdu entre 20 et 30%! On aurait préféré un été plus ensoleillé, bien sûr, mais c'est resté assez beau, avec 5% de perte du fait du mildiou. Serait-ce les effets des deux passages avec le purin d'orties?... Pour cette année, sept traitements, pour un équivalent de 4,7 kg de cuivre métal. J'étais assez confient il y a deux semaines, mais apparemment, un vol de vers de la grappe donne des foyers de pourriture. Donc, je suis en train de repasser dans les parcelles, afin de faire une dernière vendange en vert (même si c'est déjà rouge!), pour assainir les parcelles. Maintenant, je n'attends plus que du soleil, avec des nuits fraîches, afin que tout se tienne..."

En Anjou encore, à Savennières, Éric Morgat subit davantage le millésime :

"Toujours pas pris de vacances et pour cause : temps pourri et des vignes à soigner constamment ou121207_038 presque!... Et la venue de notre "petit premier" qui ne devrait plus tarder!... (ndlr : c'est un garçon! Bienvenue à Antoine et bravo aux heureux parents!). Que dire à propos de 2008? Encore une année compliquée à gérer. La parcelle proche de Pierre Bise et la Roche-aux-Moines ont gelé à 80%!... Il y a quand même du raisin sur l'Enclos et sur la Pierre Bécherelle (les premiers!). Tout va se jouer en septembre, la dernière ligne droite... On se croirait aux JO!... Mets un cierge pour qu'il fasse beau!..."

Des nouvelles de Champagne également, où Benoit Tarlant, rentrant fin août de ses vacances en Provence (temps chaud, venteux, herbe jaune et grillée, vignes en gobelet se protégeant du soleil...) retrouve sa région sous un ciel avec une alternance de nuages et de soleil, 20°c et des vignes droites et bien vertes!...

ce_matin_un_lapin

"Les préparatifs des vendanges se font avec plus d'optimisme que l'an dernier : très peu de gel, pas de grêle et un mildiou bien contenu. La Vallée de la Marne a été épargnée des fortes précipitations cette année et la pression bien moins forte que l'année dernière. C'est, à priori, plus compliqué dans la Montagne de Reims... Pour les vins de la rivière, seul petit bémol : une fleur languissante pour le pinot meunier sur sparnacien, avec des températures fraîches le matin. Rendement plus faible à prévoir, mais cela ne remet pas du tout en cause la qualité à venir. On a même l'impression que cela donne des raisins moins serrés, donc moins sensibles au botrytis. Si la courbe de maturation se poursuit (après une première réunion de réseau MATU), le troisième week-end de septembre sera le temps fort de ce millésime 2008."

Petit détour par Fleurie, dans le Beaujolais, d'où Marie-Elodie Zighera-Confuron, du Clos de Mez (une des révélations de la 22042008_026dégustation des crus du Beaujolais, à St Jean de Monts, lors de RE-VE-VIN 2008!), nous confirme :

"Encore un millésime délicat... Après plusieurs orages de grêle dans le Beaujolais, seuls quelques secteurs ont été épargnés. La floraison ne s'est pas très bien déroulée et l'avancement de la maturité est donc très hétérogène. Il faudra être patient et saisir le meilleur moment pour récolter... Après une forte pression de mildiou, la pourriture commençait à s'installer compte tenu des pluies régulières. Un peu de soleil peut tout rattraper! Les vendanges auront lieu probablement à la fin du mois de septembre... en fonction de la climatologie."

Une autre vigneronne, Valérye Mordelet, du Domaine Les Loges de la Folie, à Montlouis, en Touraine, nous donne ses impressions :

"Après un printemps et un début d'été frais et humide, nous avons subi une petite attaque de mildiou sur grappes. Août fut sec pour nous, contrairement à d'autres régions et nous constatons même un léger déficit hydrique. Le raisin mûrit lentement mais les derniers jours, chauds et ensoleillés, sont plus que22042008_023 favorables. Nous souhaitons seulement que les orages annoncés ne viennent pas tout détraquer..."

Confirmation en Beaujolais, avec Jean-Claude Lapalu qui, proposant de réserver son Beaujolais-Villages nouveau, résume la situation ainsi :

"Après un hiver relativement doux, le départ du printemps, frais et pluvieux, ralentit la végétation. La fleur, mi-juin, traîne en longueur sous un ciel mitigé et nous programme des vendanges aux alentours du 15 septembre, deux semaines plus tard que l'an dernier. Juillet, heureusement plus chaud, assainit les quelques foyers de maladie (mildiou) qui s'étaient déclarés et nous permet de pratiquer plus facilement tous les travaux du moment avec plus de facilité, notamment les labours. Beau temps sec fin juillet. Nous espérons un mois d'aôut ensoleillé..."

Enfin, retour en Anjou, avec Cyril Le Moing :

111007_007"Les vendanges seront à priori tardives et sur des rendements assez faibles, de l'ordre de 75% d'une année normale... C'est déjà mieux qu'en 2007!... Mais, les nombreuses averses qui nous arrosent, depuis le dernier changement de lune, nous laissent présager un mois de septembre favorable aux départs de botrytis... Je pense attaquer les sauvignons à partir du 15, mais le gros des vendanges (grolleau, chenin, cabernet franc) devrait se dérouler au cours de la première semaine d'octobre. On compte sur une belle arrière-saison pour nous rattraper le coup!..."

De toute évidence, pas une sinécure ce millésime 2008!... Tout le monde n'a pas eu à subir gel ou grêle, mais, on note un voeu quasi unanime pour une belle arrière-saison et un soleil salvateur... Or, nous sommes désormais à la mi-septembre et l'instabilité ainsi que la fraîcheur sont de mises... et, plus gênant, dans les prévisions les plus proches (humidité, températures de 17 à 20 ° maxi).

A noter également, des maturités disparates et une évolution laborieuse de celles-ci... Ce qui, combiné à la fraîcheur ambiante, repousse les vendanges pour les cépages tardifs (cabernet, chenin...), mais complique230807_020 d'autant le maintien d'un état sanitaire satisfaisant.

Nous savons que les vendanges ont débuté dans le Muscadet (quantités réduites du fait du gel printanier) et en Alsace, pour les crémants. Peu d'échos de Bordeaux à ce jour, si ce n'est que le Domaine de Chevalier, en Pessac-Léognan, entame sa campagne dès le 15 septembre pour les blancs (jeunes vignes tout d'abord, marquées, elles aussi, par le gel), mais pronostique une fin des plus lointaines (fin octobre)!...

Merci à tous ces vignerons pour les informations. Bon courage à toutes et tous. Souvent, les amateurs ne peuvent qu'évaluer vos difficultés d'assez loin... Mais, pour l'essentiel, il sont là pour vous soutenir!...