Mais, enfin, de qui peut-il s'agir?... Est-ce le surnom que l'on attribue à un vigneron de St Nicolas de Bourgueil, ou celui que certains affublent (simples soupçons...), du côté de St Jean de Monts, à ce sympathique caviste passionné de la rue Neuve, qui souvent, ne jure que par les vins natures, purs plaisirs?...

24052009_023   24052009_024   24052009_022

En tout cas, pour ce "off" de la première journée des REncontres VEndéennes autour du VIN 2009, nous avions invité sous le patio du Chai Carlina, un jeune vigneron du Val de Loire, comme il se doit, après les Loges de la Folie et la Grange aux Belles notamment : Sébastien David, hurluberlu tourangeau, au dire de nombre de ses voisins!... Mais, pour les passionnés de passage, un grand plaisir de le rencontrer!...

Au cours de ces "offs", à caractère apéritif, il est de coutume de déguster quelques flacons, en compagnie du vigneron, pour la plupart, parmi ceux disponibles à la vente. Bien sûr, dans le cas de Sébastien David, il était tentant de procéder à une verticale de Patrimoine SD. Un concept qu'il a mis en place dès son installation, de retour des Amériques, avec son passeport bien tamponné!... Au terme de l'élevage du millésime 2010, les amateurs pourront disposer de douze bouteilles, de millésimes successifs, dans des24052009_025 flacons aux formes multiples et variées, symboles de la variété et de la diversité des expressions, au fil du temps, pour des vins issus du seul cabernet franc. Rester fidèle à des choix, à un art ancestral, légué par les générations successives et s'en rapprocher, sans pour cela cultiver une quelconque nostalgie. Exprimer avec émotion et sincérité les conditions changeantes des millésimes, au fil du temps...

"Le savoir et l'apprentissage de la connaissance ne servent que s'ils accomplissent l'homme." Il est clair que Sébastien David laisse libre cours à son âme de vigneron, au coeur de son petit village de Touraine. Avec une part de poésie, mais aussi de convergence avec sa terre, ses vignes et son vin.

Et, en cette belle après-midi montoise et printanière, nos attentes furent largement comblées, puisque Sébastien nous convia à, non pas une, mais trois verticales!... En effet, il franchit les portes du Chai Carlina avec quasiment toutes les cuvées proposées depuis son installation, hormis le(s) rosé(s) et le millésime 1999 de Patrmoine SD, indisponible. Nous allions donc débuter cette séance avec trois Hurluberlu (mais enfin, qui sont-ils?...) et nous la conclurons avec les trois Vin d'une Oreille produits et disponibles à ce jour!...

1- L'Hurluberlu 2008 :
Jolie robe cerise burlat, reflet violacé. Un nez très agréable, sur les petits fruits rouges. Bouche acidulée, avec des notes de bonbon anglais. De la fraîcheur, mais sur un mode persistant (11,75° et 4,5 d'acidité). Un grand vin de plaisir!... ***(*)

2- L'Hurluberlu 2007 :
Rouge soutenu. Encore un nez qui respire le fruit! C'est une sorte de vin à double face : une grande "buvabilité" et une tenue en bouche, que laisse transparaître l'évolution d'une année supplémentaire, vis-à-24052009_019vis du précédent. Peut-être un peu moins ce caractère passe-partout que le 2008, mais un joli St Nicolas, au fruité acidulé, cohérent et une touche saline assez craquante, en plus de la légère pointe de gaz!... (12°) ***(*)

3- L'Hurluberlu 2006 :
Rouge sombre, une légère opacité. Des notes de mûres, de framboises, qui dominent encore, mais on devine une évolution vers un ensemble plus complexe. L'attaque est toujours fraîche. L'ensemble est tonique, droit, pur. Belle bouteille!... ****

4- Patrimoine E... 2008 :
Robe violacée. Des baies noires au nez. Une très belle association de matière, sur des tannins solides, denses et un fruit intense, à la fois concentré et frais, presque serré. Il y a du monde au balcon!... E comme... Extrême Touraine!... Un échantillon prélevé sur fût, 12,8°. ****

5- Patrimoine N e... 2007 :
Rouge cassis, profond, intense. Un joli nez, finement boisé, sur la puissance, les mûres écrasées. La bouche est d'une superbe densité, droite, intense, mais la fraîcheur est là, comme un reflet dans une vitre... La longueur de ce vin en cours d'élevage (11,5°) laisse présager le potentiel de ce flacon. Et les augures sont24052009_026 des meilleurs!... N... comme Ne partirons point sans boire un coup!... ****(*)

6- Patrimo In Vivo ne... 2006 :
Rouge profond. Très beau nez sur la framboise, les baies, que l'on ramasse au bord d'un sentier de montagne!... Une touche de fleurs sauvages... L'attaque reste fraîche. La bouche est d'abord facile, avec une sorte de rondeur et de souplesse, mais elle se prolonge en densité et en volume. Un vin qui suggère qu'il ne nous livrera pas tous ses mystères en un jour... Issu d'une année difficile et d'une mise en novembre 2008, il a quelque chose de "design" dans un environnement "rustique"... A moins que ce ne soit l'inverse!... ***(*)

7- Patrim Orion ine... 2005 :
Rouge profond. Très beau nez intense, sur des notes de tabac et de fruits noirs. La bouche est dense et la matière fondue et moelleuse. Un grain superbe, des tannins de satin et une note épicée enjôleuse. Le 24052009_027vigneron nous parle d'un millésime trop facile!... Et nous, on boit cela comme du p'tit lait!... Et ce n'est pas nouveau!... Pourtant, il faudrait l'oublier un peu. Cela pourrait être une sorte de millésime de référence. ****(*)

8- Patri Mi-Chemin oine... 2004 :
Rouge profond. Si l'on peut parler de "typicité ligérienne" dans cette série, ce millésime s'y prête : cassis, pointe de poivron, mais surtout un côté terre et craie. Tannins soutenus et fermes. Une accroche qui termine un peu dure, mais la matière est quand même charnue et cohérente. Premier millésime pour lequel l'élevage est poussé à 24 mois, comme c'est le cas depuis. ***

9- Patr Idylle moine... 2003 :
Rouge intense. L'été sera chaud!... Celui du mariage idyllique, bien sûr!... Le nez est plutôt en nuance et semble s'ouvrir : pruneau compoté, noyau, puis une touche torréfiée. L'attaque est assez fraîche. Les tannins se sont polis. La bouche est droite et souple et ne fait pas la démonstration des excès du millésime. Une belle réussite, qui démontre toute l'attention et la précision apportées par le vigneron et, sans doute, son goût pour les défis, que lui lance la nature. ****

10- Pat Razines imoine... 2002 :
Rouge intense. Encore une touche de fruits à noyau, de cerise, de prune, puis des notes de champignon et de sous-bois. Une sensation assez curieuse, où la fluidité relative du vin côtoie une matière faite de24052009_020 fermeté, puis de souplesse. On se dit que ce millésime est peut-être dans une phase intermédiaire, à moins qu'il ne soit paré pour la table. ***

11- Pa Thyrse rimoine... 2001 :
Rouge cerise, reflets tuilés. De franches notes de champignon, voire de moisissures!... La bouche est diffuse et altérée. Problème de bouchon, à l'évidence. Non noté.

12- P Ancestrale trimoine... 2000 :
Rouge plus léger. Au nez, des fruits rouges compotés, dans un style marqué par l'évolution. Des notes d'épices, d'herbes sauvages. La bouche est assez légère et l'expression s'oriente vers les arômes tertiaires. La matière semble un peu en retrait, teintée d'une sorte de dilution, qui ne flatte pas le cabernet. Un peu hors du temps... Mais, où en sont nos propres repères avec de tels vins, approchant les dix ans?... **(*)

13- Vin d'une oreille 2005 :
Rouge profond. Un nez sur le cassis et les baies noires. Une fraîcheur agréable en attaque. Un vin qui se situe entre 12,8° et 13°. Si bien que la puissance propose un équilibre intéressant, fait de fruité intense et 24052009_021de mâche ferme et persistante. Tout n'est pas en place et homogène, mais l'impression est très positive. ***(*)

14- Vin d'une oreille 2004 :
Rouge profond. Un boisé intense, mêlé de fruits mûrs. Une grosse présence en bouche, des tannins serrés, compacts, omniprésents... Il y a de la chair, du volume, mais le temps doit faire son oeuvre!... ***

15- Vin d'une oreille 2002 :
Rouge soutenu. Un boisé assez présent, là aussi. En bouche, du fruit acidulé, mais un volume assez conséquent, qui termine légèrement asséchant. **(*)

Au terme de ce "off", nombre de présents penchaient l'oreille en signe d'approbation. Et la plupart avaient "les oreilles qui fanent"!... C'est que des St Nicolas de Bourgueil de cet acabit, on en redemande!...

Vous pouvez aussi prendre connaissance d'autres avis ici, et également.