C'est très clair : il faut s'attendre cette année, à un nouveau dico de superlatifs, à propos du millésime qui prend forme, qui va naître en ces prochaines semaines, après des mois de gestation, sous des augures météorologiques, le plus souvent satisfaisants!... Mais là, selon les premières observations et les plus récents avis, le potentiel du raisin et donc, de la vendange qui donnera naissance au millésime 2009, semble excellent. Bien évidemment, tous les vignerons ne seront pas logés à la même enseigne. De plus, les options prises, les choix des vinificateurs seront essentiels. Au final, certains seront peut-être déçus, au regard de la matière livrée par Dame Nature... et les amateurs parfois circonspects, mais, il semble assuré qu'une grande proportion des raisins de septembre sont de toute beauté!...

Vendanges_Aloha_06_008   Vendanges_Aloha_06_012   Vendanges_Aloha_06_009
Vendanges 2006 au Domaine Aloha, à Brem, en Fiefs Vendéens

Pour se faire une idée, quel meilleur moyen d'envoyer quelques messages aux quatre vents?... Surtout vers ceux qui sont en phase d'observation et sur le point de prendre la décision d'y aller. Dans certaines régions, peu de réponse... En fait, il est probable que nombre d'appellations sudistes sont déjà en plein boom. Comme 01042009_044le laisse clairement entendre Jean-Philippe Padié, de Calce, en Roussillon qui, dès le 16 août nous disait : "On commence après-demain!... C'est l'effervescence!..."

Cap sur la Champagne, pour commencer : Francis Boulard l'affirme sereinement : "Les raisins mûrissent tranquillement... rien de presse." Vous pouvez en tout cas, suivre la suite des aventures du millésime 2009 en Champagne sur son blog.

Autre champenois et blogueur, s'il en est, Benoît Tarlant estime (le 8 septembre) "qu'en Champagne, la vendange arrive à grands pas. Certains villages hâtifs vont commencer ces prochains jours, mais l'ensemble de la région devrait vendanger entre le 14 et le 27 septembre... Le sentiment d'avant vendanges est qu'on a les mêmes prémices que l'année 1997."

"On a eu, comme un peu partout en France, un bel et vrai hiver (les -10° n'étaient pas rares!), mais pas dedebutseptembre gelées de printemps. La période la plus stressante fut de la mi-mai à la fin juin : les pluies, les orages violents, comme à Chaizy et Aÿ, ou bien la grêle dans la Vallée ont compliqué la protection de la vigne, notamment contre le mildiou. La pression était comparable à celle de 1997, avec de fortes attaques sur grappes. Passée cette étape, le mois d'août nous a heureusement rassuré, avec une très belle dynamique de maturation. A quelques jours des vendanges, les raisins sont sains, bien aérés et profitent pleinement de ces nuits fraîches. Finalement, c'est optimiste que j'appréhende cette vendange. Tu m'aurais dit ça au moment de Vinexpo, je n'y aurais pas cru!..."

Passons ensuite à la Bourgogne et, plus exactement, au Mâconnais. Corinne Merlin, de La Roche-Vineuse nous glisse un petit message, en plein coeur de l'action!...

"Les conditions sont exceptionnelles!... Nous avons commencé le lundi 7 septembre, par les Moulin à Vent. Aujourd'hui (le 10), nous récoltons les chardonnay, à La Roche-Vineuse. Les raisins sont à point, bien dorés. Très belles constitutions des jus. Je pense que l'on tient un grand millésime!"

191007_014   m_Rh_ne_Sud___04_06_012_1_

Route plein sud ensuite, vers la Vallée du Rhône. Christine Saurel, du Domaine Montirius, est résolument confiante :

"Les vendanges ont commencé tranquillement chez Montirius, par les grenache blancs et la roussanne, le vendredi 4. Les premières syrah ont été ramassées ce jour (le 7). L'état sanitaire est superbe. Les vignes se portent bien. Les journées sont chaudes (28 à 30°) et les nuits fraîches, autour de 12°, ce qui permet de continuer le mûrissement du raisin, par l'amplitude thermique jour-nuit. Cela compense la pluie espérée, qui n'est pas arrivée la semaine dernière."

"Tout mûrit à la même vitesse dans le grain de raisin : pépin, pulpe et peau. La dégustation doit être précise pour déterminer le moment optimal pour la vendange. Nous sommes très confiants, sur ce superbe millésime en gestation."

De Bordeaux, assez peu de chose... Certains évoquent un stress hydrique, dans quelques secteurs... Nous avons malgré tout, l'avis d'André Chatenoud, du Château de Bellevue, à Lussac-St Emilion, lui05062008_033 05062008_039également, très optimiste :

"Toutes les conditions sont réunies jusqu'à aujourd'hui (le 7) pour faire un grand millésime. Nous sommes dans les mêmes caractéristiques que pour 2005."

"Le mildiou a été délicat en juin et a "mangé" environ 5 à 10% de la récolte, selon les parcelles. Mais, il en reste assez pour faire du bon vin. Dans le coin, la récolte peut être variable, à cause des fortes chutes de grêle de mai et les vignerons touchés ont perdu de 50 à 90% de leur récolte, suivant les endroits!... Je pense, pour ma part, vendanger le 21 septembre. J'ai déjà ramassé mes premiers sauvignon gris le 28 août. Peu, mais excellent!..."

Pour en savoir plus, à propos de ces premières grappes, cliquez ici.

Ensuite, remontons la Loire. C'est Marc Ollivier, du Domaine de la Pépière, à Maisdon sur Sèvre, qui 13199727_p_1_nous donne son avis (le 8), pour cette partie de la région du Muscadet :

"Nous ne sommes pas encore en vendanges, je pense débuter mardi prochain. Je disais ce week-end que, si on m'avait demandé d'écrire le scénario, je n'aurais pas changé une ligne sur le temps que nous avons eu depuis cinq semaines!... Bien sur, quelques parcelles ont vraiment soif, mais dans l'ensemble, on espère faire quelque chose d'exceptionnel."

"Les nuits sont froides, on est donc à l'abri des chutes brutales d'acide malique, type 2003. La pluie est venue, la semaine dernière (20 mm), juste ce qu'il fallait pour accélérer la maturité. Évidemment, tant que le raisin n'est pas à l'abri, les mauvaises surprises sont toujours possibles. On croise les doigts, en espérant que ce temps dure encore trois semaines."

Cap sur l'Anjou, où René Mosse, de St Lambert du Lattay, grand maître es-humour à étages multiples, nous gratifie d'une réponse laconique, qui nous transporte vers les sommets : "Bonjour - Je pense qu'on va faire le millésime du siècle- A bientôt." Fermez le ban!... C'est très clair pour tout le monde!... Limpide, même. Vivement demain!...

Intéressant ensuite de connaître l'avis de Nicolas Joly, de la Coulée de Serrant, surtout dans une année telle que 2009. Jadis, il n'est pas évident que des Savennières secs auraient vu le jour.

"Profil d'année très inhabituelle, avec sécheresse totale entre le début juin et maintenant. Aucun orage. 15 mm il y a une semaine. Heureusement, nuit froide quasiment tous les jours, du printemps à maintenant, alors que cette situation n'apparaît normalement que fin août!... Quantités moyennes, au mieux, c'est à dire pou121207_028r 121207_031nous (très vieilles vignes) autour de 20 hl/ha pour la Coulée. Vendange fin septembre probablement. Le magnétisme de la Terre est déréglé et cela devient problématique. Il peut y avoir des changements magnétiques graves prochainement..."

Un de ses voisins, Éric Morgat semble aussi confiant : "2009? Un peu d'eau (enfin!) fin août a relancé la maturité sur les vignes les plus stressées. Depuis, grand beau temps, alors pourvu que cela dure, car ça peut être très beau..."

Glissons jusqu'en Aubance, où Marc Houtin confirme :

"Effectivement, les choses ne se profilent pas trop mal. Gamay et chenin sont magnifiques. Les cabernet franc et, dans une moindre mesure, les grolleau ont un peu souffert du stress hydrique estival, donc faible récolte attendue sur ces deux cépages et il va falloir attendre un peu plus pour les récolter à maturité. Le sauvignon est très beau, déjà bien jaune et à 12,5° de potentiel. Dans trois semaines, nous devrions faire une belle trie pour le moelleux (cuvée Merci). Démarrage prévu des vendanges vers le 21 septembre, avec des gamay pour un pétillant naturel rosé. Patience donc..."

07112008_015   07112008_020

Enfin, côté Touraine et Vouvray, Julien évoque la situation chez Philippe Foreau : "Nous aussi, ça s'annonce très bien... Malgré une grosse attaque d'oïdium diminuant les rendements sur certaines parcelles, la vendange est de toute beauté, relativement saine, avec des départs de pourriture noble. Pas de stress hydrique chez nous, hormis peut-être quelques jeunes plants sur parcelles enherbées... Philippe pense à 1989, moi, ça me plairait plutôt bien!... Le millésime du siècle?... ;-o)))"

Verdict, dans quelques semaines, dans quelques mois, quelques années sans doute!..