Alors qu'une très grande majorité des vignerons de France et de Navarre avait de quoi se réjouir des conditions de vendanges et des qualités intrinsèques de ce millésime 2009, il était intéressant, à plus d'un titre, de consulter les vignerons vendéens sur le sujet. Et d'évoquer avec eux l'avenir du vignoble des Fiefs Vendéens... Des fieffés fiefs, qui ne voient pas le bout du tunnel, dans la course à l'AOC!...

Brem1

Faut-il le rappeler, les vins des Fiefs Vendéens sont toujours à ce jour, le cul (de bouteille) entre deux chaises!... Il font donc partie des futurs bannis des classifications, puisque les VDQS (Vins Délimités de Qualité Supérieure), ou AO-VDQS, doivent disparaître des tablettes avec la réforme des AOC, qui vont en profiter pour devenir des AOP (Appellation d'Origine Protégée). Mais, au fait, ces appellations ne l'étaient-elles pas déjà?... Cette disparition se solde par une obligation : postuler à l'AOC (ou AOP) ou admettre d'être "rétrogradé" en IGP (Indication Géographique de Provenance, ou Protégée), appelée à succéder aux Vins de Pays, également condamnés.

Ces VDQS maudits ne sont plus, semble-t-il, que dix-sept de nos jours en France : huit en Loire, huit dans le Sud-Ouest et un en... Lorraine. Bien sur, pour ceux-ci, la procédure pour être promu en AOC semble une évidence, mais l'on sait depuis peu, que certains responsables de syndicats viticoles, comme celui du Gros-Plant du Pays Nantais notamment, se sont prononcés pour un passage en IGP, du fait des limitations de rendements éxigées par l'AOP, de la déclassification de certaines zones et, au final, des craintes éprouvées en matière d'équilibre économique local.

En Vendée, nous sommes là sur des aires délimitées, dites Fiefs du Cardinal en 1963 (jadis, Richelieu, qui fût évêque de Luçon, dans le Sud-Vendée, "diocèse le plus crotté du royaume" selon ses dires, avant d'en découdre avec les Mousquetaires du Roi, fit don de ses vignes à la population misèreuse...). Déjà à cette époque, pas une véritable promotion!... En 1984, ces Fiefs obtiennent le VDQS Fiefs Vendéens. En route pour l'AOC!... But, long is the road!... Après moult tergiversations, une avancée semble décisive en 2008, avec le passionnant travail sur les terroirs, réalisé par un groupe de géologues angevins, faisant suite à celui de l'INAO, qui a laissé la plupart des vignerons quelque peu perplexes... Compilation des résultats, édition et présentation des rapports, le temps passe... Il semble que l'AOC sera acquise pour les vendanges... 2010. Mais aujourd'hui, rien n'est moins sur!... Une réunion importante (décisive?) qui devait se tenir en novembre 2009 ne semble plus figurer sur l'agenda!...

18102008_014   Negrette2   Fiefs_Vend_ens_011

Alors, que se passe-t-il?... Manque d'appuis politiques?... Déconsidération d'un vignoble qui, de l'extérieur, est souvent "classé" comme pourvoyeur de boissons fraîches, destinées à la clientèle estivale, notamment avec les rosés?... Dossier mal ficelé, mal boutiqué, comme on dit ici?... Manque d'enthousiasme des premiers concernés, les vignerons, qui pour certains, ont un peu le sentiment que le scénario s'est littéralement englué, à force de vouloir satisfaire un peu tout le monde, ou du moins de tenter de faire le moins de mécontents possibles, surtout au niveau des acteurs principaux?...

Le problème semble être que certaines orientations ont peut-être pris la forme de non-décisions. Devait-on absolument conserver l'assemblage de cabernet et de pinot noir, au titre de l'originalité?... Pourquoi ne pas admettre dans le décret, la production de mono-cépages, comme ces cuvées issues de pure négrette, qui seront parfois les vedettes locales (voire au-delà) de ce millésime 2009?... D'autres régions ont opté pour un calendrier, avec des étapes successives, afin "d'améliorer" le statut et l'image de leur vignoble, même au risque de faire quelques erreurs, vite corrigées, souvent très naturellement.

281007_011   090807_009   26032009_025

Autre aspect des choses, était-il opportun de continuer de s'appuyer sur cette notion, un rien vieillotte, de Fiefs Vendéens, (appellation qualifiée "d'improbable" dans l'article récent d'un mensuel, consacré à Thierry Michon) au titre de la dispersion du vignoble?... N'était-ce pas là l'occasion de mettre sur pieds une AOC Vendée?...

Ce que l'on devine de la situation actuelle, c'est notamment une disparité assez grande d'un secteur, d'un fief à l'autre. Ainsi, dans la zone de Mareuil et Rosnay, nombre de vignerons, en caves particulières, ont disparu, ces dernières années. On les compte maintenant sur les doigts d'une main et trois d'entre eux sont quasiment en position dominante, préparant ainsi leur passage en AOC... et s'armant pour une concurrence future sévère. C'est un peu dommageable au titre de la diversité!... Quant à la bio-diversité, dans certains secteurs, aie, aie, aie!...

Pour les autres fiefs, mis à part celui de Brem, qui fait face et s'organise dans la foulée de Thierry Michon, du Domaine St Nicolas et Samuel Mégnan, du Domaine Aloha, pour une meilleure promotion et, à la fois, pour une plus grande conservation du vignoble de la zone, la situation n'est pas simple. A Pissotte, on ne compte qu'un seul vigneron, Xavier Coirier. A Vix, ils ne sont que deux, avec des orientations très différentes : le Domaine de la Chaignée, lié aux célèbres Pépinières Mercier, installées dans ce village, sur la route de La Rochelle et Christian Chabirand, de Prieuré La Chaume, en conversion bio et non prétendant, dit-on, à l'AOC. Enfin, du côté de Chantonnay, un seul domaine également, celui des Orion Père et Fils, le Domaine de la Barbinière, qui postule à l'AOC, alors qu'il ne pouvait prétendre au VDQS jusqu'à maintenant. Quelques vignerons isolés également du côté de Talmont-St Hilaire, voire de Beaulieu sous la Roche et d'autres, au nord du département, que l'on peut rapprocher de la zone du Muscadet.

281007_004   DSC00432   090807_003

Après avoir dressé cette sorte d'état des lieux, soulevant de multiples interrogations, allons voir comment ces vignerons vendéens ont vécu ce millésime 2009?... Pour la plupart, il s'inscrit résolument au niveau des exceptionnels!... Ils savent aussi tous qu'il faut laisser "bouillir" et être sérieux jusqu'au bout. Un soupçon d'inquiétude peut apparaître chez certains "bons" : ce n'est pas un millésime où le vigneron fait la différence et donc, il y aura sur le marché des vins "très corrects" à petit prix, issus d'une viticulture conventionnelle et productiviste. Un bol d'air pour ceux-là, après deux, voire trois millésimes délicats et pour ceux-ci, la nécessité de pousser jusqu'à l'excellence!...

C'est Jérémie Mourat qui nous communique un semblant de rapport de millésime, pour le Château Marie du Fou et le tout nouveau Clos Saint André : mois d'août chaud et ensoleillé, avec des pluies le 3 (20 mm) et les 18 et 19 (5 mm). Septembre très chaud et ensoleillé (31° à l'ombre le 9!). Le ban des vendanges est fixé au 10 septembre. Début de la cueillette des pinot noirs destinés à Marie du Fou le 16. 14,1% potentiel!... C'est pas tous les ans!... Au Clos Saint André, début les 25 et 26 sur les chardonnay. 12,9% potentiel. Ils10112009 sont pressés en grappes entières et fermenteront dans des oeufs Nomblot. Le 17 090807_010septembre, de la pluie (13,5 mm), celle qui va déstresser l'Anjou!... Ce sera la seule journée pluvieuse de septembre!.. Historique!...

Premier tri de chenin au Clos Saint André, le 12 octobre. Pressurage en grappes entières. 13,2% potentiel, acidité 4,9. Ce tri, Jérémie le veut sur le fruit et il ira aussi dans un oeuf en béton. Le second tri de chenin du Clos a lieu le 19 octobre. 14,5% potentiel, sans botrytis, avec un joli passerillage dû aux vents de nord-est des dernières semaines. Ce tri sera dirigé vers un foudre de 35 hl de Seguin-Moreau. "Et le 20 octobre, il pleut!... Mais, on le savait (merci Météo-France!...) et on a fini!..."

Le jeune vigneron de Mareuil sait qu'il est encore tôt pour tirer des plans sur la comète. Mais, il retrouve des matières qui lui rappellent la chair des 2005, avec sans doute plus de fond. Les rouges sont très colorés, les tannins très mûrs. Les chenin, quant à eux, allient le plus souvent richesse et fraîcheur. Un constat que l'on fait aisément en dégustant quelques échantillons prélevés sur cuves, lors d'un passage récent au domaine, malgré que les fermentations soient souvent en cours. Mention spéciale pour la négrette, très expressive et un chenin botrytisé, vinifié en sec, qui pourrait faire une remarquable cuvée d'exception!...

041107_018   Vendanges_Aloha_06_030   280407   

Quelques échos de la côte ensuite et de Brem notamment : Samuel Mégnan a surtout apprécié (et ses vendangeurs avec lui!) d'avoir beaucoup moins de tri à faire dans les vignes, du fait du bon état sanitaire des raisins et de l'homogénéité des maturités. Quantité et qualité des jus sont au rendez-vous!... Les cabernets ont été ramassés juste avant les pluies, avec déjà un beau fruit et une belle couleur. Un tri de chenin botrytisé a montré 20% potentiel, avec 1h30 de vendange pour 5h de tri!... Souvenirs, souvenirs!...

La_Chaume_03_06_002   DSC00259   La_Chaume_03_06_007

Cap au Sud-Vendée, avec quelques échos en provenance de Vix. C'est là que se situe le Prieuré la Chaume, de Christian Chabirand. Un millésime 2009 qui a fini par rassurer complètement le vigneron, au terme d'une première année de conversion bio : "A la vigne et sur le plan sanitaire, une année plutôt exceptionnelle sur La Chaume!... En fait, RAS!... Pas plus de mildiou sur feuillage que sur grappe, même pas en fin de printemps, comme cela fut le cas sur certaines zones vendéennes, pas d'oïdium non plus. Des sorties sans gel et une floraison régulière." Au final, une excellente maturité, avec des raisins très sains, gorgés de fruit et de sucre. Des rendements supérieurs aux prévisions (30 hl/ha au lieu des 25 attendus).

"A la cave, des mouts rentrés dans des conditions idéales, avec un tri manuel qui n'a rien à voir avec les années passées. Ils partent instantanément en fermentation, mais ces dernières s'avèrent très lentes et la crainte d'un arrêt de fermentation est notre préoccupation du moment (le 22/10)!... La richesse en sucre et donc en alcool potentiel, y est sans doute pour quelque chose. Finalement, une seule maladie déclarée : de la pourriture noble sur un peu de chenin... De quoi s'amuser un peu!..."

26032009_024   26032009_021   26032009_029

C'est dans un petit village du bocage vendéen, St Philibert du Pont Charrault, que se situe le Domaine de la Barbinière. Un domaine qui propose des Vins de Pays de Vendée depuis plus de vingt ans, en s'appuyant sur la logique des Fiefs Vendéens, au point que, dès le début des démarches en vue de l'obtention de l'AOC, l'idée d'un nouveau fief à Chantonnay, fut admise de tous, ou presque... A la Barbinière, il y a Philippe, le père, qui a toujours joué le jeu de la conquête de l'AOC!... Sera-t-il récompensé de son abnégation et de sa constance?... Il y a désormais, en plus, les deux fils, Alban, aux manettes côté vignes et Vincent, option cave. Les trois s'accordent à dire qu'ils n'avaient jamais ramassé une si belle vendange!... "Les degrés sont très élevés, les acidités sont basses sur les rouges et correctes sur les blancs. La maturité des pellicules est superbe, ce qui se traduit pour l'instant, par des couleurs intenses. La vendange manuelle a permis d'attendre la pleine maturité phénolique, même si quelques grains commençaient à pourrir... Le fruit est très présent. Tout cela laisse espérer de beaux vins. Reste à réussir les vinifications, qui peuvent parfois être délicates, avec de tels degrés."

Un tour du cuvier tend à démontrer le potentiel du millésime!... Les cépages, séparés pour la plupart jusqu'à maintenant, sont souvent à leur meilleur, avec notamment, un superbe gamay issu du secteur du Charpe et des cabernets purs, denses et massifs, aux expressions nettes et franches. Voilà qui laisse augurer de belles cuvées!...

18102008_007   19052009_015   19052009_011

Il nous reste le "petit dernier" des Fiefs!... Le Domaine des Jumeaux, de Jean-Marc Tard, à Chaillé sous les Ormeaux, dans le secteur de Mareuil. Voilà encore peu de temps, Jean-Marc n'était pas vigneron, ou alors le dimanche. Il était caviste, aux Sables d'Olonne. Il avait bien quelques arpents de chenin, du côté du Querry-Pigeon, sur la commune de Talmont-St Hilaire, mais c'était très anecdotique et seulement connu de quelques initiés. Et puis, un jour, il s'est mis en quête d'un vignoble, comme pour réaliser, concrétiser un rêve, nourri par quelques millésimes de Chemin du Querry.

Après quelques mois, il se met sur les rangs d'un domaine de plus de neuf hectares, planté de pinot noir, gamay, cabernet et négrette. Il en devient finalement l'acquéreur et décide, au préalable, de le convertir à l'agriculture biologique!... Un défi!... Et qui plus est, un résultat qui déclenche, à mots couverts, l'admiration de ses confrères et voisins mareuillais. Il faut dire que transformer les parcelles comme il l'a fait en quelques semaines, au printemps dernier, par un travail soigné des sols, a de quoi surprendre. Et rappeler à certains, au passage, quels sont les tenants et aboutissants du métier de vigneron!...

19052009_006   19052009_016   19052009_013

De son vignoble, Jean-Marc Tard a fait un jardin, tiré au cordeau!... Et que l'on ne nous dise pas désormais, en Vendée et ailleurs, que ce n'est pas possible!... D'ailleurs, on peut se demander, si son travail et son enthousiasme n'ont pas fait là, la démonstration de ce que devrait être le vignoble vendéen, celui qui veut s'inscrire dans une démarche de progrès, dans le cadre d'un passage en AOC. La question mérite d'être posée : pourquoi ne pas inscrire les parcelles de la future appellation dans la logique suivante : travail des sols obligatoire, pas de désherbage chimique, pas d'utilisation de produits de synthèses, ni de systémiques sur les vignes. Après tout, d'autres appellations, comme Savennières par exemple, ont pris de telles orientations!...

La Vendée n'est pas démunie pour choisir de telles options. A mi-chemin de La Roche sur Yon et de Mareuil sur Lay, oeuvre une association, Longs Crins, qui propose des prestations dans la vigne, les vergers, les jardins, au moyen de la traction animale. C'est elle qui intervient désormais au Clos Saint André, de Jérémie Mourat. Lorsqu'on sait que le lycée agricole yonnais, le Lycée Nature, s'inscrit tout entier dans une démarche bio et que la préfecture vendéenne dispose également d'un haras national, on imagine assez facilement les liens qui pourraient se tisser et, pourquoi pas, voir une petite économie locale dédiée au vignoble vendéen se mettre en place. Comment peut-on encore prétendre qu'il s'agit là d'orientations rétrogrades?...

18102008_012   18102008_006   18102008_015

Pour ce qui est de leur millésime 2009, Jean-Marc Tard et le Domaine des Jumeaux ne pouvaient espérer meilleurs augures!... Une année sans difficulté particulière, des vendanges confortables, des jus qui se positionnent comme des référents, au moment même où le vigneron a le plus besoin de jauger ses parcelles et de situer l'expression des différents cépages, sur leur sol respectif. Pensez-donc, un premier millésime!...

Au domaine, la cueillette commence le 21 septembre par les gamay. La crainte d'être débordé, avec un mois de septembre chaud et ensoleillé, incite le vigneron de Chaillé à se lancer, mais les degrés oscillent entre 11 et 12% potentiel. "J'aurais du attendre une semaine de plus!..." La fin de la première période est consacrée au pinot noir de la Citadelle. Pour l'instant, les rendements atteignent 38 hl/ha!... Dès le lundi suivant, le pinot noir des Rochettes est ramassé à 13,5°. Une belle qualité de raisins, sur une très belle parcelle.

Le samedi 3 octobre, vendanges au Querry, pour le premier tri de chenin : 14,5° au mustimètre!... Seules les grappes botrytisées sont ramassées. Il faudra attendre dix-sept autres jours pour attaquer la dernière ligne droite : les deux parcelles de négrette remplissent les caisses, 13,5 et 13,8°!... Merci Dame Nature!... Les jours suivants, quelques averses surviennent. La négrette est à l'abri, elle qui n'aime guère la pluie! C'est au tour des cabernets franc et sauvignon de la Citadelle et du Moulin. Les maturités sont superbes!...

Avec le recul de quelques semaines, les jus se montrent très intéressants : un gamay sur des arômes très nets de framboise fraîche. Une négrette tout à fait gourmande et des cabernets aux tannins souples, ronds et frais. Les chenins ne manquent pas d'intérêt non plus, même s'ils n'ont pas encore digéré tous leurs sucres. Pour Jean-Marc Tard, "2009, de la vigne à la cave, c'est une année de joie et d'émotion!..."

281007_016   041107_013   Vendanges_Aloha_06_027

Avec un tel potentiel, on a envie de croire et d'espérer en l'avenir des vins de Vendée!... Il est clair que l'occasion est belle, cette année, de faire la démonstration d'un savoir-faire, en même temps que de montrer une forme d'attachement à la tradition viticole locale. Certes, les vignerons sont de moins en moins nombreux dans le département, mais, quelque part, ils sont les survivants, les héritiers de tous ceux que comptait la Vendée, naguère. Après tout, voilà à peine plus de vingt ans, il s'agissait là du troisième département français, pour le nombre de déclarants de récolte!... Alors, misons avec les vignerons, sur un bel essor, plutôt que sur un tour de vis!... Et pour apprécier de jolies cuvées, rendez-vous en 2010!...