750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
La Pipette aux quatre vins
La Pipette aux quatre vins
Publicité
Newsletter
Pages
Derniers commentaires
Archives
La Pipette aux quatre vins
Visiteurs
Depuis la création 1 097 548
3 mai 2010

Domaine de Juchepie : Grands Crus en Anjou (suite)

Voici un domaine pour lequel on convient d'un rendez-vous et l'on se dit qu'en deux heures, nous aurons bien fait le tour du sujet!... Des chenins, secs, moelleux et liquoreux certes, mais que des chenins!... C'est sans compter la qualité de l'accueil d'Eddy et Myleine Oosterlinck et l'intérêt de découvrir un ensemble passionnant, quelque part entre Montbenault et le village de Faye d'Anjou. Un domaine qui fait désormais partie des référents de la région et qui réserve quelques surprises!... Notamment, un avenir potentiellement "Grand Cru", avec des parcelles superbes, dont certaines sont encore en friche et d'autres, que le vigneron de Juchepie prépare jalousement, en vue d'une prochaine plantation. La pie a fait son nid, juchée. La voici prête pour l'envol!...

29042010_001   29042010_018   29042010_004

Les vins du domaine interpellent, depuis quelques millésimes déjà, les amateurs qui ont eu l'occasion de les découvrir, par leur personnalité. Et l'on se dit forcément que de telles cuvées émanent d'un vigneron qui n'en manque pas!... L'exemple même d'homme qui ne fait guère étalage de ses certitudes, mais qui sait ce qu'il veut, à l'aube de la soixantaine... Quelqu'un également, qui goûte le présent, semble s'étonner de la beauté de la nature qui l'entoure, parle d'harmonie sans la nommer et qui, au demeurant, se projette dans l'avenir, sans échafauder de plan sur la comète, certain que la vie ne vous mène pas forcément à l'étape suivante sans détour ou chemin de traverse.

29042010_003   29042010_019   29042010_006

Eddy et Myleine Oosterlinck se sont installés en Anjou en 1985. Quincaillier en Belgique, dans la région de Gand, en Flandres, le futur vigneron (qui ne le sait pas encore!) cherche alors un pied à terre dans la région. Le couple pense d'abord à une de ces maisons en pierre, dans un petit village du Layon... Puis, un jour, ils découvrent celle qu'ils habitent aujourd'hui, sur la hauteur, avec son incomparable panorama, un des plus beaux du coin!... Banco!... L'aventure commence!...

Jusqu'à l'aube du nouveau millénaire, quinze années passent ainsi, à faire la navette régulièrement entre Flandres et Anjou. Lors de la négociation pour leur nouvelle résidence, Eddy Oosterlinck insiste pour disposer de quelques arpents de vigne, près de la maison. Très vite, il va s'attacher à rassembler quelques parcelles sur le coteau qui descend jusqu'à la rivière, puis moult friches, pour réunir un ensemble de 21 ha, dont 13 d'un seul tenant, à proximité. Les deux autres îlots sont situés sur les deux mamelons qui dominent la vallée du Layon, avec cinquante ares plantés sur les cinq du secteur des Churelles et d'autres à venir sur les trois de la Pierre Gaudry.

29042010_008   29042010_012   29042010_007

Avec donc 6,5 ha de vignes, du chenin pour l'essentiel, le premier millésime du domaine remonte à 1989. Bien sûr, il faut apprendre ce terroir et son potentiel. Nous sommes là dans une sorte de cuvette, peu profonde, inclinée vers le sud-sud-ouest et seulement ouverte du côté ouest. Un réservoir à brumes automnales, très favorable au botrytis!...

Sur la partie haute du vignoble, le sol est plus lourd qu'à Savennières, par exemple, même si le sous-sol semble identique. En surface, on distingue des schistes verts et pourpre. Dans le haut de la parcelle, il n'y a pas plus de vingt à trentre centimètres de sol avant la roche mère!... Nous sommes là, à la quasi extrémité d'une sorte de langue, qui prolonge le coteau de Bonnezeaux. En descendant vers la rivière, le sol est aussi composé de spilite et de rhyolite. Les pentes, plus prononcées, s'inscrivent dans une sorte de pointe venant de l'Ouest, dont la structure est proche de celle dite de Chaume.

29042010_011   29042010_014   29042010_016

N'ignorant rien de l'actualité de La Pipette aux quatre vins, Eddy Oosterlinck nous permet de découvrir sa cabane de vigne, version terrasses sur le Layon!... Elle n'est pas des plus simples à trouver, puisqu'elle se situe au coeur de trois hectares de friches, qui sont à l'abandon depuis au minimum cinquante ans!... Nous sommes là dans le secteur de la Pierre Gaudry. Mais, le vigneron de Juchepie lui préfère l'appellation officieuse de Queue du Renard. En nous faufilant dans la végétation (il est aisé de deviner la taille des pins et des chênes sauvages!), des espaces sans ronces ni herbes diverses, nous laissent deviner la trace des anciens rangs de vigne, sous la forme de petits monticules parallèles, dans le sens de la pente.

Plus bas, aux alentours de la cabane séculaire, le coteau est plutôt formé de petites terrasses façon Côte Rôtie, ou parchets façon Valais. Vous avez dit "Grand Cru"?... Eddy n'est pas certain, à ce jour, de mener à bien lui-même et seul sa renaissance, mais il a bon espoir de planter de la vigne dans ce secteur avant longtemps.

29042010_015   29042010_013   29042010_017

Non loin de là, un peu plus à l'est, dans le secteur des Churelles, un autre coteau pentu d'un hectare est déjà défriché. Avec vue imprenable sur le Layon!... Dans l'esprit, la parcelle ressemble un peu à la Pierre Bécherelle, d'Éric Morgat (le TGV en moins!). Le sol est d'une richesse... palpable!... Du moins, en terme de minéraux. Après une patiente préparation, le chenin devrait y faire son apparition en 2012, pour une première récolte espérée en 2015. L'avenir est en marche, à Faye d'Anjou!...

Le domaine est en agriculture biologique depuis 1994 et certifié depuis 1999. Une démarche pleine de conviction, qui pousse Juchepie dans le sens du progrès, souligné par bon nombre d'observateurs et moult 29042010_020amateurs. Alors qu'une "réforme" va permettre l'apparition du "bio industriel", Eddy Oosterlinck garde la tête froide et le recul nécessaire, pour analyser quelques errements de la mouvance bio. Sans exprimer de certitude, il pense ainsi, qu'insister sur le fait que l'agriculture biologique ne pollue pas les sols et l'environnement est quelque peu insuffisant. Selon lui, il aurait été bon, au cours de ces dernières années, de souligner à quel point il est important de disposer de sols vivants et de consentir une baisse significative des rendements!... Car désormais, un label, qui se veut rassurant, va apparaître sur les contre-étiquettes, au mépris de ces aspects là de la viticulture de qualité!... Et flouter ainsi la démarche des vignerons "bio et nature", embarqués depuis quelques années (et pour certains, de nombreuses années!) sur une route pas toujours bien carrossée et souvent peu rémunératrice.

La production du domaine est en moyenne, bon an mal an, de 12000 bouteilles. Certains chenins sont vénérables, puisque datant d'une plantation de 1911. Il se peut même que quelques pieds datent de 1890, soit juste au lendemain de la crise du phylloxéra!... Comme durant la période des ébourgeonnages, ce sont des grappes d'amateurs venus de Belgique, qui vendangent au domaine!... Une vendange résolument artisanale, puisque le millésime peut réclamer de six à huit passages, les tries, dans les parcelles!... Eddy Oosterlinck a coutume de dire qu'il fait deux tiers de blancs secs avec un tiers des grappes et un tiers de moelleux et liquoreux avec deux tiers des raisins.

29042010_021   29042010_022

Nous reviendrons plus longuement, très bientôt, sur la phase dégustation des nectars du domaine, puisque Eddy et Myleine Oosterlinck nous font l'amitié de participer aux REncontres VEndéennes autour du VIN, sous le patio du Chai Carlina, le dimanche 16 mai prochain, avec une séance qui permettra notamment de comparer des cuvées botrytisées et d'autres plutôt issues de passerillage. Un plaisir que de le voir succéder ainsi aux Poirel, Leroy, Delesvaux, Baudouin et autre Ménard, pour évoquer les douceurs du Layon!... Et pour lui, se remettre dans la peau d'un amateur, au contact des ReVeVineurs voyageurs!... Amateur passionné qu'il fut aussi en son temps, rassemblant quelques nectars étonnants de toutes origines... Et peut-être pourrons-nous aussi découvrir ses rouges?... Un rien cachottier, Eddy!... Sa cuvée de cabernet franc existe, je l'ai rencontrée!...

Publicité
Publicité
Commentaires
C
C'est ce que j'appelle "FINIR EN BEAUTE" :))<br /> Bonne route à tous<br /> Bruno le chtibb
Répondre
A
J'en ai le chenin à la bouche !<br /> On a vraiment hâte d'avoir ces nectars dans le verre...même si la toujours superbe dégust du dimanche matin sonne la fin des festivités !..<br /> Alain
Répondre
Publicité