Dernier coup d'oeil dans le rétro, à propos de ce petit séjour en Provence. Pendant que, d'aucun, nous scotche devant l'écran, nous cristallise face à notre 19", en nous contant sa découverte de Ze Big West, le seul, l'unique, celui qui sent la poudre, le lait de cactus et les spare-ribs tex-mex, il ne me reste plus qu'à vous proposer la rencontre avec quelques vignerons du pays des Baux, de la bauxite, de l'ocre, du romarin et de la lavande réunis!... Motel de la route 66, en pleine tourmente de sable et de poussière, contre camping sous les pins et les oliviers, aux senteurs de thym sauvage et de lauriers roses!... On n'a pas les mêmes valeurs!...

28062010_013 28062010_024 img443 28062010_015

Quitte à découvrir les vins des de la région, autant y séjourner au moment d'un salon local, ou de la Fête des Vignerons!... Ça tombe bien, celle des Baux se déroule au coeur même de St Rémy de Provence, le dernier jour de notre semaine dans les Alpilles. Pour tout dire, elle était prévue dans le courant du mois de mai, mais les excès de la météo (une pluie diluvienne persistante, dès le début de la matinée!... eh oui, ça arrive ici aussi, quand souffle le mistral noir!...) avaient obligé le syndicat local à tout annuler le jour même!... Et donc, à repousser au 26 juin ce rendez-vous.

28062010_132   28062010_133   28062010_134

C'est la jolie Place Favier, ses dalles blanches et l'ombre de ses platanes, qui reçoit la douzaine de vignerons du cru et les visiteurs (pas bien nombreux, pour tout dire!). Il faut dire que le Syndicat des Vignerons des Baux regroupe quinze domaines, pas un de plus. Non compris Henri Milan et Trévallon (et pour cause, pour ce dernier!). Les absents ont eu tort, puisque l'occasion permet de faire le tour de ce qui se fait dans l'appellation. Plaisir rare!... Les amateurs pouvaient donc spéculer sur l'avenir des plus récentes cuvées, sans même avoir à consulter les écrits de Michel de Nostredame, alias Nostradamus, médecin et astrologue célèbre, natif de St Rémy.

img445

- Domaine Guilbert :
Un domaine de la face nord des Baux, situé à St Rémy, il se compose de quatre hectares de l'ex-Domaine Hauvette (ex-chai compris), rachetés  en 2007, par un couple d'artisans du Nord de la France, Guy et Nathalie Delacommune, histoire de mettre le cap au Sud, sans doute!... Modernes, clean, résolument "buvables", les vins du domaine ne sont pas vraiment faits pour surprendre, si ce n'est à l'oeil!... Comme le Rosé 2009, grenache et cabernet, à 50-50. En bouteille, il est d'un joli rose diaphane. Dans le verre, on dirait un blanc, à peine teinté!... Étonnant!... Succès garanti, lors des soirées estivales!... Le Rouge 2007, syrah et cabernet, fifty-fifty, agréable et friand, pourra lui succéder, jusqu'au bout de la nuit!...

- Mas de Gourgonnier :
Un pilier de la région!... La famille Cartier (si t'avais navigué!...) est installée là, face sud des Baux, dans le même superbe vallon que Lauzières, sur la non moins superbe petite route, qui va de Maussanne les Alpilles à Aureille ou Eygalières depuis... depuis des générations!... 45 hectares de vignes et 20 d'oliviers, le tout en agriculture biologique depuis 1977. La gamme se décline de façon on ne peut plus classique : des cuvées "Tradition" et d'autres "Réserve du Mas". Les blancs sont en AOC Coteaux d'Aix, comme il se doit, issus de sauvignon, grenache blanc et rolle. La "Réserve", vinifiée et élevée en barriques pendant neuf mois.

Coté rouge et rosé, la cuvée Tradition est composée de grenache, syrah, cinsault, carignan et mourvèdre. Les rosés sont issus de saignées. La cuvée Réserve (grenache, syrah, cabernet sauvignon) est élevée pendant un an en foudre de 50 hl. Une sélection à dominante grenache-syrah, Le Clos du Paradis, est élevée douze mois en demi-muids (600 l). Tout cela est cohérent et en offre pour tous les goûts. A noterimg446 enfin, la Cuvée sans soufre ajouté 2008 (grenache, syrah, cabernet sauvignon et carignan), qui ouvre de nouveaux horizons aux fidèles de la maison. Globalement, du solide.

- Château Romanin :
Un autre domaine face nord, devenu la propriété de Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, propriétaires naguère du Château Montrose, Grand Cru Classé de St Estèphe. Plus de 55 ha de vignes (dont 4 de blanc, rolle et ugni blanc), 4 ha d'oliviers, 1,5 ha d'amandiers, pour un total de 230 ha!... Beau domaine!... C'est Denis Dubourdieu qui en est l'oenologue conseil. Point de vue culture, c'est la biodynamie qui préside ici. Connu, notamment, pour sa cave souterraine, remarquable par ses dimensions. Le Rosé 2009 est très agréable, moderne, léger, avec son assemblage de counoise (quasi cinquantenaire), grenache, syrah et mourvèdre. Jolie impression également avec le Blanc 2009, à dominante rolle planté sur des sols limono-argileux de bas de pente. Le Mas de Romanin 2009 et un rouge de cuve et de printemps, issu de vignes relativement jeunes. Large assemblage (7 cépages) pour la cuvée la Chapelle de Romanin 2007, à la structure plus affirmée. Un supplément de chair, de volume et de complexité pour le Château Romanin 2005, issu des meilleures vignes de grenache, syrah, mourvèdre et cabernet sauvignon.

- L'Affectif :
En rosé et rouge, c'est ainsi que que se nomment les vins de Jean-André Charial, propriétaire de L'Oustau de Baumanière, très grande table locale et, accessoirement, président du syndicat des vignerons. De quelques rencontres (Jacques Puisais notamment), naîtra l'envie de faire un vin qui ait la "gueule du lieu et les tripes du vigneron"!... Après un premier projet avec Château Romanin, c'est avec Jean-Daniel Schlaepfer, du Domaine de Lauzières, que se concrétise la démarche, le doux rêve... En fait, il s'agit d'achat de raisins issus de vieilles vignes cultivées par Gérard, Jean-Daniel et François, le trio de Lauzières. Résultat, deux jolies bouteilles : L'Affectif rosé 2008 (50% counoise, 25% grenache et 25% cinsault), plein de fraîcheur, tonique et L'Affectif rouge 2005 (60% grenache, 20% syrah et 20% mourvèdre) joliment fidèle à ses origines sudistes!...

Alors, pourquoi L'Affectif me direz-vous?... En fait, il semblerait que ce soit une conversation avec Wolinski, au sujet du Premier Ministre de l'époque, qui soit à l'origine du nom. Au détour d'une phrase, Wolinski aurait dit : "Raffarin, il carbure à l'affectif..." L'histoire ne dit pas si les cuvées sont désormais entrées dans les caves de Matignon!...

Et cela en guise de conclusion de ce séjour du côté des Baux de Provence. C'est promis, je ne vous en parle plus avant l'année prochaine!... Enfin, peut-être!...