La Catalogne espagnole au programme de cet été 2011!... Surtout, ne pas oublier Juan Ramon Escoda et Laureano Serres, les deux compères vignerons que l'on voit désormais régulièrement en France ("une seconde patrie!" selon Laureano), tant ils apprécient retrouver, de temps en temps, quelques joyeux lurons du Roussillon, de la Loire, du Jura et d'ailleurs!... Vamos? Vamos!...

024   021   020 

Du point de vue de la viticulture, cet état dans l'état qu'est la Catalogne est loin de se limiter à Montsant et Priorat, puisqu'on peut y découvrir une petite dizaine d'appellations. Connaissez-vous, par exemple, Conca de Barbera et Terra Alta?... Non?... Partons à la découverte de ces deux zones assez différentes, en jetant un oeil sur la géographie de cette région.

mapa_DO[1]   001   607px-Geocat-es

~ Juan Ramon Escoda ~

Voici un petit domaine familial situé à Prenafeta, micro village en impasse, non loin de Montblanc, ville médiévale qui n'est pas située à la frontière franco-italienne, comme on pourrait le supposer, mais au coeur de la région de Tarragone. Depuis la fin des années 90, Juan Ramon et Carmen prennent soin de 7 ha de vignes, de quelques oliviers et de tout ce qui compose une ferme, volailles, moutons, vaches, chevaux et le tout en biodynamie depuis 2003, sans oublier le potager.

022   011   012

Prévenu de notre passage, Juan Ramon se hâte de rentrer pour nous faire découvrir une partie de son vignoble. Parti à l'aube, avec trente cinq minutes de tracteur, il termine sa matinée, au cours de laquelle il est allé travailler les sols d'une parcelle d'1,5 ha de pinot noir, située à 650 m d'altitude, de l'autre côté de la ville de Montblanc et de la vallée.

On pourrait également dire du vigneron de Prenafeta qu'il est le plus ligérien des vignerons de la région, du fait de son amour du chenin et du cabernet franc!... Ici, il eut été aisé de céder à la facilité, comme d'autres l'ont fait, en arrachant les cépages rouges pour planter du cava du Penedès. Sans doute, beaucoup plus rémunérateur!...  Néanmoins, parmi les trois îlots de vigne dont il dispose, Juan Ramon bichonne ses 1,23 ha de chenin âgé de huit ans aujourd'hui et planté sur de jolies terrasses argilo-calcaire à 430 m d'altitude, au pied de la montagne que l'on a coutume d'appeler, dans la région, le Nez du Géant et de plus, adossé à la forêt.

013   010   016

Ce dernier aspect, s'il protège ce vignoble en biodynamie depuis 2003, apporte aussi son lot de difficultés, du fait de la population conséquente de sangliers. Le vigneron a du se résoudre à planter ses vignes de façon à pouvoir les palisser et ainsi éloigner les raisins du sol. Ceci dit, il fait un essai en gobelet, mode de conduite de la vigne qu'il préfère.

Jeunes plantations, sans doute d'autres projets sur les parcelles appartenant à la famille de son épouse, non loin de là et au final, un Domaine Escoda-Sanahuja en pleine effervescence!... Même s'il dispose d'installations déjà plutôt confortables, dont un superbe chai d'élevage, Juan Ramon voulait aller au bout de sa démarche et ainsi, pouvoir utiliser la gravité, disposer de multiples contenants et diversifier les élevages. Résultat : des travaux titanesques sont en cours à proximité des bâtiments actuels et les vendanges futures pourront s'y dérouler dans les meilleures conditions.

007   023   008

Au passage, dégustation d'une série de cuvées 2010 remarquables!... Si les vins sont "zéro soufre" depuis 2005 et appréciés déjà dans une quinzaine de pays, les progrès, les avancées vont être mis en évidence du fait des qualités du dernier millésime. En premier lieu, Els Bassotets, un blanc de cuve 100% chenin, qui va en étonner plus d'un!... Dans les mêmes conditions d'élevage, un rouge issu de grenache, merlot, carignan et 40% de cabernet franc, Nas del Gegant, est doté d'une belle personnalité, gourmande à souhait. Notez aussi le très beau 100% pinot noir, La Llopetera qui, après dix mois de cuve, passera un nombre de mois à définir en barriques, avant d'être disponible.

009   mapa_grande[1]   025

Autre cuvée, Les Paradetes, 70% carignan et 30% grenache, suivra le même chemin que le précédent, mais certainement avec un caractère résolument catalan. Dans un autre style, Coll del Sabater, 80% cabernet franc et 20% merlot, dense et puissant, est d'une belle structure. Enfin, n'omettez pas de noter sur vos tablettes l'OVNI de l'année, la cuvée Vamos? Vamos!!! Un défi, mais un défi basé sur l'amitié et la complicité. En effet, il s'agit là d'une association de compétences et d'un assemblage de grenache blanc de Lauréano Serres (voir ci-dessous) et de chenin de JR Escuda, le tout élevé sous voile en amphore!... Fulgurant!... Information essentielle : il n'y en aura que 260 magnums!... Et donc, pas pour tout le monde!...

Pour finir, Els Bassots 2009 montre une belle ampleur et une grande dynamique. Dans un très beau registre aussi, Coll del Sabater 2007, qui a passé 24 mois en barriques âgées et plus encore, Les Paradetes 2007 (50% grenache, 30% carignan et 20% sumoll), élevé douze mois en barriques, tendent à démontrer le potentiel de garde de ces vins.

Comme son ami Lauréano, Juan Ramon Escoda s'investit dans une démarche visant à mettre en valeur les vins naturels catalans. La route est longue, mais ces vins méritent désormais plus que de la simple curiosité. Pensez-y lors de votre visite à Renaissance des Appellations, La Dive ou La Remise, l'hiver prochain!...

004

~ Laureano Serres Montagut ~

Cap au sud, pour la seconde rencontre en Tarragone. Nous sommes cette fois à El Pinell de Brai, petite localité à laquelle on accède par une petite route qui serpente, pour escalader les terrasses des contreforts de la vallée de l'Ebre. Il s'agit en fait du village le plus haut de l'appellation Terra Alta, sur un petit plateau, entre 220 et 250 m d'altitude. Lors de notre passage, il y règne une température plutôt... de saison, ce qui permet à Lauréano Serres, qui dispose d'environ cinq hectares de vignes en trois secteurs, de nous expliquer sans difficultés le bien-fondé de ses choix, concernant notamment la conduite de la vigne!... Que calor!...

007   012   009

Les vignes sont plantées sur des sols largement argileux, parfois argilo-calcaires et souffrent des rayons du soleil, souvent très généreux en juillet et août. Lauréano a donc opté pour la solution qui tend à laisser pousser la vigne pour protéger les raisins, notamment sur le cabernet-sauvignon et le grenache, même si le passage dans les vignes en devient compliqué, s'il s'avère qu'un traitement est nécessaire. Ce dernier devra alors être fait à dos d'homme.

Bien sur, la méthode lui a valu quelques sarcasmes dans la région, au point que certains le traitent de fou!... Et que d'autres détournent le regard lorsqu'ils passent dans le chemin!... Mais, à y regarder de plus près, la vigne est dans un état sanitaire irréprochable et ne semble souffrir d'aucun stress. Bien joué!...

014   010   013

Plus près du village, Lauréano dispose d'autres jolies parcelles, dont celle plantée de carignan en 1940, juste après la Guerre Civile, sans oublier le merlot à proximité. Un jour peut-être, le vigneron d'El Pinell de Brai fera bâtir là sa future cave, profitant notamment de la pente et donc, de la possibilité de travailler par gravité. Mais, ceci est une autre histoire...

Appréciant le soleil, mais ne pouvant nier la qualité de l'ombre climatisée, nous reprenons la direction de la maison pour une dégustation de quelques cuvées très natures du domaine, dans une ambiance résolument familiale, en ces premiers jours de vacances scolaires estivales.

020   018   015

Lauréano Serres a quitté le giron de la cave coopérative locale fin 1999. Son premier millésime est donc 2000. En matière de cuvées disponibles, il est plutôt prolifique, puisqu'on dénombre actuellement pas moins de douze cuvées en rouge et cinq de blanc, et ce uniquement pour le millésime 2010!... Une forme de haute couture, en tout cas du parcellaire pur et dur. Le plus souvent, la production pour chacune de ces cuvées se situe entre 250 et 900 bouteilles. Et parfois même, elle est limitée à 100 ou 200 magnums!... Réjouissante matinée pour les visiteurs qui le souhaitent!... Mais parfois la route est longue, la chaleur... de saison et nous restons raisonnables avec une petite série qui, là encore, tend à démontrer le potentiel et l'équilbre des vins de cette année 2010.

- Finca Abeurador 2010 :
Parcelle située sur la commune voisine de Vilalba dels Arcs. 100% macabeo âgé de 25 ans, sur un terrain très argileux, orienté à l'ouest, dans une sorte de cuvette, à 450 m d'altitude. Égrappé à 60%, le reste en macération carbonique de deux nuits, le tout pressé et fermenté ensemble. Cette zone a connu quelques problèmes d'oïdium cette année et il a fallu faire un tri drastique à la vendange. On retrouve des notes évoquant légèrement la marque de la pourriture noble. La mise date de mars 2011. A ce stade, le vin est doté d'une belle dynamique et d'une complexité déjà intéressante.

- Terme de Guiu 2010 :
100% macabeo également. Sur la même commune que le premier, mais sur argilo-calcaire et orienté à l'est, dans un petit vallon à 470 m d'altitude. Égrappé, pressé et fermenté sans contrôle de température. Mise en bouteilles en mai dernier, l'expression est un peu sur l'oxydation à ce stade, avec un support acide 016notoire, qui devrait en faire une belle bouteille dans quelques mois.

- Carabonica Sunday 2010 :
Issu de la parcelle "El Domenge", à El Pinell de Brai, sur un terrain argilo-calcaire. 80% merlot et 20% grenache en macération carbonique de dix jours, pressurage direct et fermentation en cuve inox. Mise en février 2011. Très beau fruit élégant et droit.

- Carabonica Classic 2010 :
50% carignan et 50% cabernet sauvignon. Issu de deux parcelles argilo-calcaires d'El Pinell de Brai. Macération carbonique de dix jours pour le premier cépage et de quinze pour le second, récolté en surmaturité. Embouteillé en avril dernier. Belle matière dense et solide.

- Finca Espartal BP 2010 :
100% garnacha peluda ou garnacha del pais, à moins qu'il ne s'agisse de garnacha fina, le doute subsiste!... Issu de El Xono en El Pinell de Brai, sur un terrain argilo-calcaire. Égrappé, puis macération pelliculaire de huit jours, pressurage et fermentation en cuve inox. Embouteillé en avril. Une jolie expression017 franche et résolument catalane!...

- Poc a poc 2010 :
De tout un peu!... La mise, en mai dernier, de cette cuvée très originale, illustre assez le sens de la "recherche expérimentale" du vigneron de Celler Serres!... En même temps, Poc a poc démontre à quel point son imagination est fertile!... Il s'agit là d'un assemblage du reste de plusieurs cuves après les mises. Genre cocktail détonnant!... Un peu de Carabonica Sunday 2010 (grenache et merlot), une touche de Finca Caibelles 2009 (carignan, merlot, cabernet sauvignon, tempranillo et syrah), deux doigts de Finca Espartal 2010 (grenache et cabernet sauvignon), un fond de Finca Espartal BP 2010 (grenache de pays), un soupçon de Terme de Guiu (carignan) et pour finir (vraiment?), un nuage blanc de Finca Abeurador (macabeo). Bien sur, il est plutôt difficile de déterminer l'exacte proportion des différents cépages, qui composent cette potion tonique et fruitée. Mais, n'en doutons pas, elle rejoint sans peine l'illustre catégorie de celles imaginées, parfois, par nos grand-mères qui, à l'heure de nos goûters estivaux, lors de nos vacances d'enfants, savaient nous proposer quelques jus de fruits multiples incomparables et jamais imités!... Et maintenant que nous sommes des hommes (et des femmes!), il y a ce jus de raisins venu de Terra Alta!... Saurons-nous raison garder?... La Catalogne au naturel ne nous y aide décidément pas!...

Avec Lauréano Serres, la découverte pourrait se prolonger avec d'autres cuvées qui ne peuvent que déclencher la curiosité des passionnés!... Tels les rouges Jose Maria 2010 (100% ull de llebre) ou encore Brutal 2010 (100% carignan fermenté en barriques), voire d'autres blancs comme Anfora 2010, un macabeo fermenté en amphore, ou BB 2010 (100% bernatxa blanca, également passé, pour partie, par ce contenant). Gardons cela pour d'autres circonstances, l'hiver venu... Prenez date!...