Voici un livre, un document que personne, dans le monde du Vin ne peut ignorer. Un véritable précis de vitiviniculture du Jura et de Pupillin, mais pas seulement!... Préparés et réalisés par Michel Campy pour les Editions Méta Jura, ces entretiens avec Pierre Overnoy, élargis à la présence de Roger Gibey, Bernard Amiens, Michel Converset et Emmanuel Houillon, fleurent bon le terroir du pays du savagnin mais, dès la première approche, il parait évident que tout ce qu'on y lit est d'une incroyable modernité, s'appuyant sur un bon sens paysan, dont on réclame le retour de la fibre et du ciment consolidateur, à l'heure où toute humilité semble oubliée par certains, face à la nature et aux éléments.

26102011   31102011 005   31102011 003

"Oh, il m'arrive souvent de couper la parole aux gens! Pour dire des conneries entre-temps... Mais comme on a deux oreilles et une bouche, on doit écouter deux fois plus que parler..." Un trait d'humour de Pierre Overnoy, extrait de ces conversations.

Un livre donc, où on apprend notamment que la région comptait une quarantaine de cépages avant le phylloxéra, apparu à Beaufort en 1879. Et aujourd'hui cinq majeurs : chardonnay, savagnin, pinot noir, ploussard et trousseau. Que sont devenus enfariné rouge et fariné blanc ou encore meslier blanc et valais noir, si ce n'était l'apparition du Ratapoil de Raphaël Monnier, qui en fait ressurgir quelques-uns depuis peu?... Avec d'autres aussi peut-être, que quelque ambassadeur du cru connaît sans doute!...

31102011 006   31102011 001   31102011 008

Un livre certes, mais parfois le scénario d'une vie de combat, de privation, de partage et de témoignage. Pierre Overnoy ne manque jamais de rappeler que ce qu'il sait, il le doit souvent aux échanges qu'il a pu avoir avec certaines personnalités du monde du vin : Jacques Néauport, Alain Chapel, Henri Bouvret, Jules Chauvet, le Maître, mais aussi les sommeliers et la clientèle étrangère, dont Jo Dressner, le groupe de "L'Ecole Chauvet", les vignerons jurassiens et... la clientèle japonaise!...

A quand un cinéaste humaniste pour aborder et conter une telle vie?... Si simple par certains aspects et pourtant forgée par la passion de la chasse pendant sa jeunesse, l'épreuve douloureuse du conflit algérien et des souvenirs de dégustation chargés d'émotion, tel cet Enfariné 1933 de Gilbert Benoît!... Bien sûr, l'immense patrimoine du vigneron de Pupillin, c'est sa mémoire des pratiques viticoles, des vendanges, des vinifications... Son laboratoire intime est situé entre ses deux oreilles!... Des essais, de nouvelles orientations, l'observation et l'évaluation de nouveaux matériels, de toute évidence, son avis ne se forge pas à la lecture de catalogues et de fiches techniques.

31102011 009

Un personnage incontournable donc, du vignoble jurassien, que vous pourrez sûrement croiser lors de la deuxième édition du salon des vignerons bio de la région, le Nez dans le vert, les 25 et 26 mars 2012, au Château de Gevingey. Incontournable!...