En rentrant de la plage (faut bien, avant le changement de météo... provisoire!), Madame PhR exprima le souhait de manger un cassoulet toulousain d'Alain Grèzes!... Drôle d'idée, me direz-vous!... Etait-ce la fraîcheur de l'eau, ou la température ambiante, résolument à la baisse?... Je me dis un instant que je me contenterai finalement d'un peu de melon et de la salade de roquette prévue pour accompagner le plat. Mais, vous me connaissez...

003   001   002

Côté cave, pas de doute, il faut du... brutal!... Donc, l'idéal, c'est faire appel à Mendall, de Laureano Serres et ses cuvées made in Catalunya. Et pour l'occasion, Un Finca Espartal BP 2010, du 100% grenache nature, dont le vigneron n'est pas absolument certain de la variété. Est-du garnacha peluda (ou lledoner pelut)? A moins qu'il s'agisse de garnacha del pais ou du garnacha fina?... Mais la fraîcheur tonique du vin, son côté tramontane qui remonte d'Espagne, balaie l'incertitude, comme une vague (la septième?...) qui vous fait perdre le sens de la marche ou le sens de la plage!... L'été n'est pas fini!... Mais le cassoulet, si!... On va en garder pour les longues soirées d'hiver, lorsqu'on sort le Cahors pépère!... Ceci-dit, je vais peut-être me lancer dans la confection d'un petit cassoulet de la mer : lotte, cocos paimpolais, homard, tomates, carottes, piment d'espelette, huile d'olive made in italia... Ca vous tente?... Et si on mettait un p'tit Jura?...

Consultez d'autres comptes-rendus Flash sur les Dégustantanés du blog d'Olif