La météo de la première quinzaine de septembre a donné du baume au coeur de bien des vignerons!... A y regarder de plus près, pas partout et le point d'interrogation dans le titre est donc de rigueur!... Si la Vendée, avec quelques autres contrées, n'a pas vu la moindre goutte d'eau depuis le 1er du mois, d'autres sont en train de battre de nouveaux records, en matière de pluviométrie!... Les journées en vigilance orange s'additionnent en Ardèche, Gard, Drôme, Hérault, Aude ou Bouches-du-Rhône, avec le retour des épisodes cévenoles. Pour la dernière huitaine du mois, un petit répit est annoncé dans toutes nos contrées, avec un retour du nordet salvateur, mais la bascule en octobre pourrait s'avérer difficile... Il va falloir foncer... quand cela s'avère possible et opportun!

DSC05549

Les premiers échos nous viennent de Bordeaux et du coeur du Médoc. C'est Vincent Ginestet, du Château Boston, qui nous montre qu'il aborde (le 13 septembre) la période serein et confiant : "Bonjour de Margaux. A cet instant, nous n'avons pas encore décidé de la date des vendanges. Pour les merlots, cela devrait commencer vers les 22/25 septembre. Les analyses montrent une belle évolution et les dégustations à la parcelle sont très encourageantes. Les peaux sont belles, encore un peu fermes, le fruit se fait bien sentir et les pépins sont agréables. Même évolution pour les cabernets en très bonne condition. Pour le moment, les conditions sont très favorables, frais la nuit, chaud dans la journée, avec un peu de vent. Nous attendons avec confiance!"

Quelques mots ensuite, le 13 septembre également, de Joan Ramon Escoda, en "Catalogne nature", que je vous livre en franco-catalan dans le texte : "Commen va tout, pour ici en plain vendange. Cette année, c'est increible, beaucoup quantité et aussi bonne sainte. Je suis à la moitier de la récolte. L'anne prochaine, Laureano et moi, nous viendrons à "Vini Circus", nous avons été invités. Et nous sommes très content de venir. Super!!!!!! Je t'envolerai quelques fotos pendant tout la vendange. Santé et une embrassade. JR".

2Toujours Bordeaux et plus particulièrement Pessac-Léognan, avec Cyril Dubrey, du Château Mirebeau, au coeur de Martillac cette fois : "Oui, le beau temps est parmi nous. Mais, le vigneron en veut toujours plus. En attendant, la vendange des sauvignons blancs est terminée, réalisée en jour fruit sous le soleil : sur le jus, superbe acidité, gage de protection naturelle, déjà du pamplemousse. On attend que cela bulle, glougloute, mousse. Pendant quelques jours, on va se croire dans le Nord-Est (pas brésilien) mais champenois! Pour les rouges, il faut serrer les fesses jusqu'aux équinoxes, moment le plus tendu à Bordeaux, mais le potentiel qualitatif est là, en ne ressemblant à aucun millésime auparavant, si ce n'est 2014. Un millésime qui est passé par les cases chronologiques "précocité", "rétropédalage tardif estival", puis "effet turbo chaud été indien". Il est certain qu'une vigne en bonne tension tellurique-solaire est bien armée pour affronter cette climatologie : vive la biodynamie!"

Le 15 septembre, deux retours ligériens, avec Julien Bresteau, de La Grange aux Belles tout d'abord, presque sur le pied de guerre : "Grand nettoyage en ce moment! On démarre lundi 22 pour les premiers gamays et les grolleau les plus précoces, ensuite autout du 25/26, on fera les premiers passages de sec dans les chenins. Voilà pour la première semaine et après, on s'adaptera aux parcelles. Il y a du raisins, c'est sain, espérons que le temps soit là."

Non loin de là et le même jour, Antoine Sanzay, à Varrains, en Saumur-Champigny, croit en son étoile pour 2014 : "Quelques infos du domaine. Pour commencer, j'ai enfin du raisin! Après les deux années compliquées (grêle et gel). Le chenin dans "Les Salles Martin" est sain, aéré. La maturation se déroule bien, nous avons tout pour faire un joli millésime en blanc. Pour le cabernet franc, même chose, les fruits sont sains et mûrissent tranquillement. Je crois beaucoup en cette année."

En revanche, le mardi 16, les premiers échos venant du Grand Sud ne sont pas des plus rassurants. Je reçois ce message assez laconique du Domaine de Trévallon, cher à Eloi Dürrbach : "Les vendanges s'avèrent compliquées, car il pleut souvent et il faut beaucoup trier." Le vigneron des Baux et de St Étienne du Grès n'est certes pas homme à s'épancher et à s'étendre en circonvolutions verbales, mais on devine qu'il fait quelque peu grise mine... A suivre!

sans-titreDeux jours plus tard, le 18, d'autres nouvelles nous arrivent d'Anjou, avec Christine Ménard, du Domaine des Sablonnettes, à Rablay sur Layon : "Pour notre plus grand bonheur, l'été indien s'est installée dans la région, avec des grosses chaleurs - 29° - et un ciel bleu à faire rêver! L'état sanitaire est très beau, les raisins bien avancés : nous avons fait un petit peu de groslot et chenin sec cette semaine. A suivre! La météo de la semaine prochaine est annoncée très belle aussi, avec des températures autour de 21°."

Tout près de là, à Beaulieu sur Layon, en droite ligne des vignes de Babass, Sébastien Dervieux nous envoie "un petit mot rapide! Je vais démarrer lundi prochain dans le grolleau, pour ensuite faire une tentative de pressurage de chenin (vers mercredi) destiné à ma bulle. Si l'essai est concluant, je termine cette cuvée. Viendra ensuite la petite parcelle de chenin (Joseph, Anne, Françoise) en sec... vers la semaine d'après. Enfin, les cabernet pour terminer. Grâce au beau temps, les raisins sont beaux, quelques vers de la grappe nous collent quelques fois des petits foyers de vinaigre, mais bon, par rapport à l'an passé, c'est de la rigolade!... La vigilance sera de mise comme d'habitude... En espérant que les orages de cette fin de semaine ne viendront pas bousculer mon programme (ce matin, il est tombé 4 mm, rien de grave) et surtout que nous n'ayons pas de grêle!..."

177Comme on peut le constater dans ces propos, tous les espoirs sont permis, sous réserve que des nouvelles rassurantes nous arrivent du Grand Sud-Est notamment, voire de régions plus au nord, touchées plusieurs fois par les intempéries pendant l'année. Au cours de cette même semaine, une conversation téléphonique avec Ludovic Engelvin, à Vic le Fesq, dans le Gard, laissait supposer qu'une bonne gestion et un peu de chance allaient être nécessaires pour certains. Pour sa part, il avait déjà tout ramassé depuis le week-end précédent!... Dans les vignes de la région de Sommières, le constat qu'il faisait alors de l'état sanitaire de parcelles alentour avait de quoi inquiéter. Même si tout cela dépend des caractéristiques des sols même, des cépages et des soins apportés aux vignes, tout au long de l'année. De beaux espoirs donc, mais après les deux années passées (sauf pour le Sud-Est justement!), on sent une certaine méfiance de la part des vignerons. Il est aisé de les comprendre!...