Descendant de la montagne et des sommets alpins, la traversée de la France, longue et (pas trop) périlleuse peut aisément justifier une étape (faites une pause toutes les deux heures, nous suggèrent les panneaux autoroutiers!) dans les monts du Beaujolais. Nous voici donc sur les hauts de Leynes, à 425 m d'altitude précisément, au lieu-dit Le Bois de Leynes, avec vue imprenable sur d'autres monts, ceux de St Amour et de Juliénas. Tout autour de cette commune, d'autres noms bien connus : Chasselas, St Vérand, Chaintré, Vinzelles, Fuissé... Notez au passage que le vin de St Véran s'écrit bien sans le d final, car c'est l'ancienne orthographe de village (St Véran des vignes) qui fut choisie naguère pour l'appellation, celle-ci s'étendant sur pas moins de huit communes.

002Presque en haut de la côte, sur la gauche, une maison sur sous-sol, bien exposée, avec terrasse sur les vignes, a un profil typique d'habitation dédiée aux jours heureux de la retraite. C'est bien à cela qu'ils pensaient, Pierre Boyat et son épouse, lorsqu'ils décidèrent de la construire mais, ils ont emménagé un peu plus tôt que prévu.

Jusqu'en 2007, ils occupaient en effet la maison voisine, coeur d'un domaine de dix hectares pour lequel ils étaient en fermage (ou métayage), jusqu'au jour où se posa la question du passage en bio. Cela impliquait une légère hausse du prix de vente à la citerne, mais l'acheteur habituel refusa. Ils prirent alors la décision de s'installer sur les quelques vignes familiales, lesquelles basculèrent du même coup en agriculture biologique, après trente années de gestion conventionnelle par le père de Pierre. Et depuis, le voisin a lui aussi franchi le pas du bio!...

Près de la maison, quelques rangs de vigne. Du chardonnay planté en 2003, associé à une autre parcelle située plus bas, pour ce qui pourrait être un Beaujolais-Villages blanc, mais qui reste en Vin de France (cuvée Les Rennes). En effet, le domaine compte quelques parcelles sur St Vérand, Chânes et Chaintré, soit un total de 1,7 ha en production et 1,3 ha de jeunes plantes, dont certaines vont produire en 2014. A peine à quelques pas, du gamay composant la cuvée Bois de Leynes, vendangé le plus souvent avec une semaine de décalage, vis-à-vis des parcelles du bas, toujours plus précoces. Belle exposition sud, faisant face à celles au nord de Juliénas et St Amour... "C'est curieux, là-bas, les coteaux sont plus tardifs, mais ils vendangent toujours avant nous!..." souligne-t-il amusé. De la chaptalisation beaujolaise...

007Cette année, les premiers coups de sécateurs sont pour la mi-septembre et encore, dans les endroits les plus précoces. De mai et juin, le vigneron garde le souvenir d'un printemps sec puis, fin juin, la pluie est arrivée. L'herbe s'est mise à pousser, à pousser... Néanmoins, début septembre, tous les espoirs restaient permis, avec la météo sèche annoncée (et confirmée depuis).

Au domaine, les évolutions sages et réfléchies sont toujours au programme. Le souhait premier de Pierre Boyat, c'est de, semble-t-il, réduire l'impact de l'élevage en barriques, malgré l'aspect positif de la clarification des vins, que permet le contenant. Pour cela, il mise désormais sur l'augmentation des volumes. Justement, il a pu découvrir cet été, une petite annonce dans un magasin, proposant des petits foudres. Affaire vite conclue!... Ils sont désormais dans le sous-sol de sa maison (décidément bien étudiée!) et seront utilisés pour les blancs de la récolte 2014. Profitons-en pour rappeler que le vigneron de Leynes a opté dès 2007, pour la production de "vins nature", avec zéro intrant, donc sans soufre, y compris pour le St Véran, qui a cependant franchi, jusqu'à ce jour, le cap parfois périlleux de la dégustation d'agrément. Pas la moindre des performances, même si Pierre a du mal à croire que ce soit pérenne!...

Toujours sous la maison, un petit coin caveau nous permet de découvrir les cuvées disponibles. Il faut dire que, vu les volumes produits, il n'y a pratiquement pas de stocks des millésimes passés, même récents, si ce n'est en magnums. Le St Véran 2012 est tonique et frais. Il est issu de deux parcelles (dont une plantée en 1983 et la seconde louée à la commune) sur Leynes, dans le village, sur le coteau argilo-calcaire, au bord de la route de Solutré. Élevage d'à peine une année en barriques, mise en bouteilles en août 2013, sans filtration, comme c'est le cas le plus souvent, pour les vins de la maison.

001   004   005

Un autre blanc ensuite, le plus jurassien des Beaujolais blancs!... Il s'agit de la cuvée Les Rennes 2013, proposé en Vin de France. 75% de chardonnay et 25% de muscat petit grain!... En effet, lors de la plantation d'une parcelle de dix ares, en 2005, le pépiniériste s'est trouvé en rupture de chardonnay, au point qu'il proposa au vigneron, presque contraint et forcé, de compléter de quelques rangs de muscat. Ce cépage fut ramassé "en surmaturité" et l'ensemble a été pressuré simultanément. Deux mises distinctes, pour tenter d'évacuer l'oxydation apparue à la mise, mais, en fait, rien n'y fit! Une touche pour le moins originale, même s'il n'est pas question d'associer ce vin à des fruits de mer et que sa robe évolue rapidement. A noter que le muscat sera dilué en 2014, puisqu'une autre parcelle de jeunes vignes de chardonnay sera associée à l'ensemble.

012Pour les rouges, deux cuvées de gamay, bien sûr. La première, Bois de Leynes 2013, récoltée près de la maison, est assez léger (11°) et d'une couleur peu profonde, conséquences d'une cueillette faite un peu dans l'urgence, au vu des pluies qui s'étaient installées, l'automne dernier. L'apparition de foyers de pourriture avait imposé un tri attentif. Ce vin souple, exprimant un joli fruit acidulé a été mis en bouteilles fin mai dernier et se situe dans un style gouleyant et frais, ne souffrant plus d'aucune trace de réduction.

Le second, Noir de Rouge 2013, mis en bouteilles fin juin ou début juillet, est un assemblage de trois parcelles situées plus bas dans le vignoble, réunies pour remplir une cuve béton. Il est doté d'un petit degré supplémentaire et d'une structure un peu plus affirmée, sans que l'on soit en présence de Beaujolais, comme on a pu en voir certaines années récentes. Pensez néanmoins aux magnums, tant ces deux cuvées sont accessibles et gourmandes dès maintenant, même si le deuxième a un petit potentiel de garde supplémentaire. Par essence même, un vin pour les casse-croûtes de ce bel automne, voire certains plats de la cuisine régionale!...

Pierre Boyat le dit lui-même : "Ce n'est pas toujours simple de composer une gamme avec si peu de vignes. Mais, on a quand même la chance de proposer quatre cuvées!..." Et on comprend mieux l'importance d'une récolte de qualité et de conditions climatiques confortables au moment des vendanges. Des pluies continues, survenant à ce moment crucial, peuvent non seulement réduire à néant les efforts de l'année, mais aussi compliquer sacrément les vinifications, sans parler de l'équilibre économique de si petites structures. Au stade où nous en sommes, fin septembre, gageons que le Beaujolais a retrouvé le sourire, malgré des journées très inquiétantes, plus tôt dans la saison, lorsque la grêle survenait sans crier gare, assommant les uns et épargnant quelques autres, dans une sorte de loterie funeste.