S'imaginer un instant qu'il suffit de claquer des doigts pour voir ses rêves se réaliser, c'est le meilleur moyen d'opter pour un chemin de non retour. Une évidence peut-être, mais la confrontation aux méandres de la réglementation, dans notre beau pays, est sans doute le meilleur moyen de tester sa détermination, de faire montre d'une certaine forme d'humilité, en s'appuyant parfois sur une bonne dose d'humour, voire d'autodérision!... Le prochain qui me parle de "simplification", je... lui fais boire de l'eau!... De mer!...

Comme si nos propres doutes ne suffisaient pas, nos réflexions en cours, source de contradictions et la lecture des chiffres parfois décourageante!... En plus, il faut bien le dire, je n'ai jamais aussi bien examiné ma ville. Spéculations sur le lieu d'installation, informations parfois divergentes sur l'animation et la promotion future des quartiers, avis sentencieux de pessimistes chroniques... Bref, on passe alors par tous les états!...

Et puis soudain, un visage qui s'illumine, lorsque vous évoquez votre projet et sa teneur... "Génial!" Pas un "génial" exubérant et superficiel, mais quelque chose comme un mot qui vous donne le frisson juste un instant, parce que vous avez le sentiment que votre interlocuteur(trice) le ressent en même temps que vous... Ce n'est pas pour autant que l'on se sent un génie mais, d'un seul coup, on a envie d'aller au bout, rien que pour cette personne et son sourire. Go, go, go!...

img011

Alors voilà, c’est parti ! Les idées se bousculent, il faut faire des colonnes, pas seulement de chiffres. Établir un planning. Parfois, on décide dans l’urgence, mais pas là. Une date butoir pour fixer l’ouverture. Un [alter]caviste va ouvrir en ville. Les vins ?... La liste est longue et quasiment déjà faite. Réflexion sur les saisons… Le nom, l’enseigne ?... L’entreprise qui va nous concocter logo et déco est un partenaire déjà bien connu. On évoque le contenu. Je devine l’amusement des concepteurs… "Mais, où va-t-il chercher tout ça ?..." Go, go, go !...

Puis vient le temps que l’on se doit de consacrer aux informations dans un cadre plus institutionnel. Journée d’info à la CCI locale. Finalement, on en retient quelques bribes, en guise de colonne vertébrale fragile du projet et on se donne rendez-vous à la date voulue. On s’attend à être encouragé, presque porté… "Vous savez, pas plus de 10% de projets se concrétisent…" Merci Madame !... Ça commence à me plaire, parce que ressurgissent de ma mémoire, les paroles de ceux qui prévoyaient des échecs à certaines entreprises et initiatives passées. "Ne vous faites pas trop d’illusions…" Rendez-vous de l’autre côté de l’océan !... Ça tombe bien, le concept évoque justement ces aventuriers du quotidien, que l’on traitait de fous !...

img012

J’ai toujours eu une certaine admiration, voire une admiration certaine, pour ceux qui étaient capables de faire montre de professionnalisme et d’exercer leur activité dans des conditions aventureuses et novatrices. Au-delà des sportifs parcourant, de nos jours, les très rares terres (ou mers) inconnues désormais (même si leurs aventures survitaminées sont éminemment respectables et admirables), le projet sera illustré de ces aventuriers du passé, alliant passion et frisson, mais aussi détermination à défricher des chemins inconnus et ainsi, atteindre l’objectif fixé par quelque visionnaire. Avec L’Aéropostale©, le courrier devait passer, avec La Vinopostale©, le vin doit passer !... Et finalement, ne faut-il pas voir quelques points communs, entre un concepteur d’avions (et même de soucoupe volante !) tel que René Couzinet (natif de St Martin des Noyers, tout près de La Roche sur Yon, où l’aérodrome porte son nom) et certains vignerons de notre époque ?... Ou encore, comme ces hommes (et ces femmes) que j’ai pu naguère côtoyer et dont j’ai croisé le regard pétillant (nature) de passion qui, voilà à peine plus de cinquante ans, "inventaient" l’aviation commerciale et transportaient leurs passagers dans des conditions parfois extrêmes, se faisant de belles peurs dans des vents de sable ou des orages tonitruants, mais partageant rires et jolies bouteilles, une fois l’escale atteinte !...

img014

On me demande parfois d’où me vient ma passion du vin. Je crois sincèrement que mon oncle, Yves et ses amis, échangeant leurs trouvailles vineuses au moment des fêtes de fin d‘année, m’ont indiqué le chemin… Curieux itinéraire ?... Aujourd’hui, j’ai très envie de faire souffler le vent de l’aventure, déplier une manche à air dans la vitrine, faire vrombir les moteurs dans ce petit hangar urbain, afin de saluer la mémoire de ces aventuriers, ceux qui furent les premiers à poser leurs avions par tous les temps ou à sécuriser une carlingue heurtée en plein vol par un autre aéronef et à atteindre Orly quelques minutes plus tard sans encombres, alors même que l’hôtesse continuait à servir le café en cabine !... "Bon Dieu, on vole en décapotable!..." Aux confins de la légende !... Go, go, go !...

img015
Photo : Revue Icare n°146

A La Roche sur Yon, La Vinopostale©, ce sera comme une escale, un point sur la carte des routes qui vous poussent toujours plus loin vers d’autres vignobles, du sud au nord et de l’est à l’ouest. Certains jours, il faudra saisir l’occasion, dans le secteur limited arrivals. Parfois s’attarder en terrasse pour goûter à ces produits parachutés la veille, des gourmandises rares qui vous feront saliver. Ou encore, s’amuser de quelques flash tastings. D’autres jours, vous pourrez commander en ligne et utiliser le drive in glass, déterminant vous-même le plan de vol et le moment de votre passage au flying desk. Certains pourront aussi s’initier dans le cadre du pilot wine school ou convier quelques amis pour un tasting at home.

Bien sur, vous pourrez aussi croiser à La Vinopostale©, de temps à autre, des vignerons dans leur circumnavigation. Certains viendront peut-être avec leurs chevaux de travail, qui ne manqueront pas de brouter délicieusement les fleurs municipales, dans les bacs arc-en-ciel de la rue piétonne. Mais, leur crottin (bio !) boostera les rosiers de la Ville !...

Pose des harnais et changement de pré-050613-43b50
Photo : Pierre Darmengeat

Quelques semaines de patience encore, parce que les quatre exemplaires papier (au diable la digitalisation et le bilan carbone des services !) déposés dans les services de la Mairie, tenus de les transmettre à la DDTM et aux Sapeurs-pompiers, doivent désormais passer en commission au titre de l’accessibilité, de la sécurité et pour avis de l’architecte des Bâtiments de France, centre ville historique oblige !... Peut-être faudra-t-il apporter quelques correctifs, nuancer le bleu du ciel de l’enseigne drapeau ?... Attendre encore quelques avis comptable, bancaire ou divers accords indispensables. Puis effectuer les ultimes démarches : dépôt à la Chambre de Commerce, puis à la Mairie encore, pour l’ouverture d’un commerce, sans oublier la validation de l’éventuel mobilier urbain… J’en passe et des meilleurs !... Vous avez dit parcours du combattant ?... Go, go, go !...

Et puis viendra la mise en place. Quelques réservations déjà faites ici ou là, pour quelques cuvées rares, la réception des commandes et l'installation dans la boutique elle-même. Ca devrait nous occuper pour l'été, etc... Nous serons alors aux environs du 17 septembre, la date dans le viseur, validée, pour peu que l'arrêté soit bien publié en temps et en heure. On parlera certainement de foires aux vins ici ou là. Il sera temps de s'activer pour la promotion, en s'agitant sur les réseaux sociaux notamment, aidé en cela par quelque éminente spécialiste, option community manager, si elle est alors rentrée de voyage de noces!... Faire valoir sa différence, évoquer nos préférences et donner des marques de déférence à tous ceux qui voudront bien découvrir nos références!... Go, go, go!...