Seconde approche des conditions de ce millésime qui, selon la plupart des vignerons, laisse entrevoir de beaux, de grands espoirs. Même après certains épisodes météorologiques, qui auraient pu s’avérer catastrophiques, vue partois, leur expression extrême, comme parfois dans le grand Sud-Est, on devine le soulagement dans les propos des vignerons, qui laissent donc aussi entrevoir que 2015 sera une belle année.

Le 17 septembre dernier, Romain Pion, installé à Félines-Minervois, déjà connu et apprécié dans notre modeste préfecture de province, La Roche sur Yon, pour ces cuvées Comme au bon vieux temps du rock’n’roll, notamment la marsanne, nous fait un petit résumé : "Ici, ça va, plus de peur que de mal avec la grêle !! J’ai juste un petit carignan qui a été un peu tabassé, que j’ai soigné à l’argile et qu’on va rentrer d’ici peu… Le millésime 2015 s’annonce sympa !"

vendanges 2015 au Sentier au Sud   vendanges 2015 H&H la pause du matin   vendanges 2015 H&H

Du côté de l’Alsace, Hubert et Heidi Hausherr ont aussi le sourire le 24 septembre : "Nos vendanges ont été relativement rapides. Les rendements sont faibles (17 hl/ha en moyenne) mais le jus est de très belle qualité… Il n’y a plus qu’à attendre la fin des fermentations pour juger sur pièce !" Et de joindre à l’envoi quelques jolis clichés.

vendanges 2015 H&H la retrousse à mi chemin du pressurage, décompactage des marcs   vendanges 2015 H&H sortie de la vendange avec le cheval   vendanges 2015 H&H le gâteau de marc à la fin de la pressée

Le 25 septembre, Olivier B, vigneron sur les pentes du Ventoux, cache mal son enthousiasme : "Ben voilà, je viens de lire ton dernier billet et on dirait qu’ils ont presque tous fini… J’étais parti pour y aller le 28, soit deux semaines après les blancs (p… d’habitude qui ne veut et ne voudra jamais rien dire !) ouf tant mieux… So, on vendangera maybe le 5 octobre comme ça, il n’y aura plus personne sur la route et je confirme, c’est ma seizième vendange et je n’ai jamais ramassé d’aussi jolis blancs. Inch allah pour les rouges qui tiennent et… long vol à la Vinopostale !"

phr1   phr2   phr3

Retour très attendu aussi en provenance de Champagne, ce même 25 septembre, avec Benoît Tarlant, toujours auteur, au passage, de très belles photos. "Pour le feedback, ton message est arrivé la veille du jour J, donc, je n’ai pas pu te le faire avant ou pendant… trop de tension. Maintenant, que les fermentations mènent bon train, je peux prendre un peu de temps."

"Nous avons donc commencé le 9 septembre (le ban des vendanges du village était au 5) avec de magnifiques raisins de pinot meunier, qui iront sans aucun doute à la genèse de La Vigne d’Or. Cette année, impossible de définir un classement entre cépage, ils sont tous à un niveau superbe. La Champagne va faire de beaux vins dans toutes ses régions. Il fallait juste trouver le bon rythme pour faire de très grands vins."

IMG_20150909_075231"La première semaine nous a permis de vendanger de façon relax et cool sous le soleil, alors que la deuxième nous a vraiment donné un rythme de vendanges, avec des averses, du vent, du soleil, de la pluie, du froid. Bref, de vraies vendanges, celles qui te font puiser dans tes ressources et où tu ressens l’ardeur du travail. Le paroxysme a été atteint le mercredi 16 septembre, une journée dure, qui s’est terminée par un paysage mystique !... Après ce moment épique, j’ai vendangé mes plus grandes parcelles, Les Crayons, Mocque Tonneau, L’Ilôt des Sables, les BAM du four à chaux, des jus énormes !!!"

"En aparté, c’est aussi une année où on a pu se faire plaisir avec les pinots, avec des rosés, des rouges, de la matière. En clair, une année de tous les possibles, où tout est magnifique ! Voilà pour 2015 !"

Eric Texier ne manque pas, lui non plus, le même jour, de nous adresser un compte-rendu de vendanges, par l’intermédiaire de sa newsletter. Pas de doute, le Rhône va nous étonner cette année !... "Voilà ! Ce mercredi 17 septembre, tous les vins sont finis, décuvés et mis au propre… Une situation inconcevable il y a quinze ans de ça. Changement climatique ou météo exceptionnelle, 2015 restera pour nous comme une campagne hors du commun. Dans le Rhône Nord, tout s’est enchaîné parfaitement, sans réel souci sanitaire et sans les effets caniculaires de 2003. A part quelques traces de black rot dans les grenaches de St Julien, rien à signaler. Peu de pluies, mais juste à temps pour soulager la vigne, du soleil mais des nuits fraîches, hors tout début juillet, une chaleur sans conséquence sur les chasselas vendangés le 18 août, pour Martin, notre fils, qui prend la suite sur les pétillants. Puis roussannes sur le coteau de Brézème, vieilles marsannes à St Julien, clairettes et vieilles roussannes : tous les blancs étaient rentrés fin août. Belles maturités et acidités à peine croyables !... Une récolte tellement hors norme qu’il nous est difficile d’en imaginer le résultat final !"

"Les rouges sont rentrés la première semaine de septembre, sous le beau temps et avec une équipe fantastique : travail efficace et ambiance festive. Ce n’est pas demain la veille que nous vendangerons à la machine ! Là encore, pas d’excès : raisins mûrs mais pas surmûrs, plus équilibrés que 2009 et sans une énorme structure tannique comme en 2005. Nous avons fait des cuvaisons courtes (9 à 12 jours) et sans extraction. Tous les vins ont été décuvés avec des sucres et sont en train de finir gentiment comme des blancs."

IMG_20150916_194732 (1)"Pour le plaisir cette année, deux micro-cuvées verront le jour : des grenaches gris arrivés des vignes de Tom Lubbe, ainsi que des serines de Clusel Roch, surgreffés au Mas à St julien, qui donneront une tinaja de gris et une pièce de serine."

"Une ombre au tableau radieux de ces incroyables vendanges, avec la disparition de Noël Verset, ce grand bonhomme qui nous a tant inspirés. Ah ! Ce magnum de 2002 partagé avec toute l’équipe, le dernier soir ! Un joli vin, comme aurait dit Chauvet."

"En bref, 2015 n’a été que bonheur ! Nous ferons tout pour vous transmettre cette émotion dans les vins."

Fanny Breuil, infatigable voyageuse, qui sillonne la planète pour évoquer les vins italiens, entre autres, avec les amateurs passionnés, nous communique, le 29 septembre, quelques infos en provenance de La Stoppa, célèbre domaine d’Emile-Romagne, cher à Elena Pantaleoni et Giulio Armani : "Les vendanges à La Stoppa se sont bien passées et les qualités rentrées sont belles. Le soleil dans les vins résume le millésime. Cependant, le domaine a souffert des ravages de la flavescence dorée et ce sont quatre hectares de barbera qui ont été touchés cette année ! Un véritable soucis quand on sait qu’il n’existe pas de solution contre la maladie, à part un arrachage, puis quarantaine du sol et replantation ensuite."

"La récolte produira de l’Ageno, Malvasia Frizzante et du Trebbiolo, les récoltes étant insuffisantes pour pouvoir produire les cuvées de réserve Barbera et Macchiona… malheureusement !" Voici quelques infos venant en droite ligne de Rivergaro :

"C’est la malvasia di candia aromatica, pour l’Ageno, qui a donné le coup d’envoi des vendanges le 27 août. La qualité était très belle avec des degrés alcooliques de 13°. Ce millésime solaire est cependant également plus frais en dégustation grâce à des acidités élevées."

IMG_20150916_194938"2015 ne verra pas de production de Vigna del Volta et le choix difficile a été fait de vendre ces raisins, la tendance des marchés étant plus frileuse sur les vins de dessert."

"2015 était une année de production de bonarda ! Ce cépage est versatile et ne produit pas régulièrement : une fois tous les trois ans ! Cependant, le rendement est resté faible. Ainsi, toute la production ira dans le Trebbiolo et il n’y aura pas de Macchiona, ou très peu, à cause de la très faible récolte."

"Pour les raisins rouges, le millésime 2015 est solaire, les raisins étaient tous bien mûrs et avec peu d’acidité (contrairement à la malvasia). C’est un très beau millésime qui donnera un Trebbiolo gourmand et souple."

"Le domaine doit cependant faire face au problème de flavescence dorée, maladie ayant détruit la production de quatre hectares de barbera. Elle est transmise par un phytoplasme véhiculé par les cicadelles. Malheureusement, on ne connaît pas de traitement contre cette terrible maladie provoquant des ravages irrémédiables, seul l’arrachage, la mise au repos des parcelles plusieurs années et la replantation de ceps ayant subi un traitement au chaud (NDLR : à la chaux?) en pépinière fonctionnent ou des traitements contre le vecteur (ici la cicadelle) mais ils ne sont pas bio."

Enfin, en ce 3 octobre, à 12h34, un ultime SMS nous arrive!.. C'est Tessa Laroche, à Savennières, qui nous donne une tendance angevine : "Les vendanges sont finies. Les blancs depuis mercredi soir et les rouges hier midi. Vendanges très belles, saines, mûres. Beaux équilibres. L'entonnage est commencé. Tout fermente bien et se goûte bien. A bientôt!..."

D'autres nouvelles à venir peut-être prochainement, mais déjà un tour d'horizon plutôt enthousiaste dans les vignobles de France et de Navarre. A suivre donc, verre en main!...