Avril, il vaut mieux en suivre le fil!... Au Domaine de Chevalier, la première semaine du mois s'articule entre la réception de quelques invités, journalistes et vignerons du cru, à l'orée de la très... crispante période des Primeurs et quelques menus travaux, qui peuvent décider de l'avenir du millésime 2007 en gestation.

290307_017   290307_018

Le printemps est là, mais les peurs demeurent. Le gel et quelques critiques cinglantes... Une météo capricieuse et une réception chaotique... On a parfois le sentiment que l'avenir d'un grand domaine tient dans ces quelques jours.

A la vigne, il est temps de songer à l'installation des tours antigel. A Chevalier, elles sont au nombre de cinq. Sur les 45 ha de vigne que compte la propriété, une quinzaine bénéficie des bienfaits de la technologie adoptée. Les sauvignons et les sémillons du blanc, bien sûr et un peu de cabernet et de merlot, comme il se doit.

DSC02438   DSC02437   DSC02440

Ces tours ont un aspect assez inoffensif hors fonctionnement mais, il faut avouer que leur mise en action ne passe guère inaperçue!... Au pied, on trouve ni plus ni moins qu'un moteur de camion, flambant neuf, ou presque, une cuve de gazole et un brûleur. Ça décoiffe!... Gageons, qu'à une autre période de l'année, les étourneaux ne seraient guère gênants!...

290307_001 290307_003 290307_008 290307_007

C'est parti!... Pour cet essai, le moteur monte à deux mille tours/minute. On s'éloigne pour se parler. J'ai très vite une pensée pour les maisons voisines, à moins de trois cents mètres!... Surtout lorsqu'on connaît les heures d'utilisation!... En fait, il y a deux sondes de températures dans les vignes. Les alarmes sont réglées à +1°. A partir de minuit, dès que cette température est atteinte, deux personnes sont alertées. En fonction de l'heure, de la vitesse du vent et du taux d'humidité, la décision est prise, ou non, d'allumer les tours.  Si oui, les hélices tourneront alors jusqu'à ce que les températures redeviennent positives. La chaleur des brûleurs est rabattue vers la vigne. Ainsi, une zone circulaire de trois hectares est couverte par chaque tour. Pour information, les tours ont été utilisées deux matins en 2006!... Lourd, très lourd investissement!... On peut évaluer le coût de chaque poste à 30 000 €!... Mais, combien pour des vignes ravagées par un gel, comme celui du 21 avril 1991?...

DSC02443   290307_011   290307_012

Parmi les parades éventuelles aux méfaits d'un gel tardif, on peut imaginer qu'une taille printanière puisse différer le débourrement. Mais, là encore, il faut noter qu'une telle surface de vigne (45 ha) occupe les290307_019 tailleurs pendant trois mois et demi!... A raison de près de 45 000 pieds par personne, pour les plus performants!... A Chevalier, les cabernets-sauvignons sont taillés les premiers, puis les sauvignons et sémillons. Viennent ensuite, dans l'ordre, cabernets francs, petits verdots et merlots.

Autre activité de saison, le décavaillonage. Chaque année, en novembre, les vignes sont butées, chaussées, pour protéger le pied des rigueurs éventuelles de l'hiver. Au printemps donc, on décavaillone, avec l'aide d'un cheval dans certains domaines, ou d'une machine adaptée. Dès le mois de juin, on rechaussera de nouveau les pieds de vigne, non pas par peur du froid, mais pour empêcher les mauvaises herbes de pousser. Dans le courant du mois de juillet, on repassera dans les vignes pour la manoeuvre inverse. Logique, mais cela représente quelques heures de tracteur... ou de cheval!...

290307_015   290307_014   290307_016

Et tout ça, pour le plus grand plaisir des amateurs!... A ce propos et il s'agit là d'une exclusivité La Pipette, une première dégustation, en primeur des primeurs, du millésime 2006, des vins du Domaine de Chevalier, tant en rouge qu'en blanc!... Gâtés, va!...