Découvertes angevines en live!... Dans la même journée, celle prévue pour une rencontre avec Virginie Joly, à la Coulée de Serrant, pourquoi ne pas rendre visite à un vigneron angevin de la rive gauche de la Loire, sorte d'antithèse des grands domaines historiques de la rive droite, à Savennières. Faisons fi de la supposée notoriété des uns et des autres!... Il y a de l'humain derrière ces histoires si différentes à connaître et à raconter, sans pour autant faire oeuvre d'ethnographie des vignobles. D'autant que - oh, surprise! - en frappant à la porte de Christophe Gallienne, à Rochefort sur Loire, ce n'est pas un vigneron que l'on peut rencontrer, mais trois!...

16112010_005   16112010_009   16112010_012

Christophe est dans le monde du vin depuis 2004, après une carrière dans le social. Il est alors salarié dans un domaine viticole en agriculture conventionnelle de la région. En 2007, il créé le Domaine de la Papinerie, sur 5 ha, qu'il récupère çà et là. L'idée de départ implique de continuer à travailler chez son employeur habituel, tout en se faisant une clientèle de fidèles et, petit à petit, de se consacrer uniquement à son domaine. Le vigneron est originaire d'un milieu agricole modeste et son souhait le plus fort est alors de proposer quelques cuvées à des prix très abordables, de 5 à 8 €, y compris pour les moelleux. Une forme d'idéalisme qui pèse lourd!... "J'ai travaillé comme un fou pendant trois ans!... J'ai atteint mes objectifs en matière de ventes, mais l'équilibre financier, avec des rendements de l'ordre de 15 à 20 hl/ha était impossible à trouver et à tenir... C'était sans doute suicidaire et non viable!"

16112010_007   16112010_011   16112010_010

Dès le départ, l'objectif est d'appliquer une stricte agriculture biologique. Dans l'esprit de Christophe, le vin bio est une réalité, mais il découvre vite que la méthode s'arrête au niveau environnemental et qu'ensuite, au cuvier, les dérapages ne sont pas si rares que cela... Il se tourne donc résolument vers les vins "nature" et c'est ce qu'il propose jusqu'à maintenant. Plus tard, un autre aspect vient le perturber : le discours qui consiste à affirmer, coûte que coûte, que si c'est bio, c'est bon!... Or, à la dégustation, il découvre quelques faillites absolues!... Ça commence à faire beaucoup!... Il prend alors l'option de réduire la toile et ne conserve désormais que 2 ha, mais décidément, les choses n'évoluent que trop peu et les difficultés finissent par s'additionner lourdement.

Voilà, aujourd'hui, la décision est prise : il arrête!... 2010 sera son dernier millésime. Il ne pense pas avoir la fibre de l'entrepreneur, celle qui permet de rebondir lorsqu'on est au plus profond de la cuve!... Il n'est pourtant pas isolé, seul à se morfondre, certains jours, dans ses installations. Depuis deux ans, Thomas Boutin, ouvrier agricole disposant de 2 ha sur St Aubin de Luigné, s'est vu offrir par Christophe la possibilité de vinifier et stocker ses vins. Et depuis octobre dernier, un troisième larron est entré dans l'arène : Sébastien Fleuret, chercheur au CNRS de son état, avec lui 1,1 ha sur Beaulieu sur Layon. De l'artisanat solidaire, en quelques sortes!...

16112010_013

La foi de Christophe Gallienne ne soulève donc plus les coteaux. Il met la flèche et va peut-être confier les vignes qu'il lui reste à ses amis. Il aura vécu ces années comme un passage. Les conseilleurs ne manquaient pas de lui suggérer d'augmenter ses prix, mais il ne pouvait s'y résoudre, sans avoir l'impression de trahir quelqu'un... C'est finalement tout à son honneur de rester fidèle à ses idéaux. Décalé, vous avez dit décalé?... Certes. Mais, persister sur une ligne floue risquait de ne pas être sans conséquence. Au final, peu probable que le vigneron s'en porte plus mal!... Et puis bientôt, il pourra apprécier les cuvées de ses amis, comme il se doit.

Pour l'heure, il vous reste la possibilité, lors d'une visite entre 12h15 et 13h30, de partager un casse-croûte avec Christophe et découvrir quelques-uns de ses flacons encore disponibles. Certains ne vont pas tarder d'ailleurs, à devenir "collector", comme ce Savennières 2007, dernier millésime de ce cru!... Mais, vous pourrez aussi apprécier le chenin 2008, le gamay 2009 ou encore un assemblage gamay-cabernet. Joli rencontre, en tout cas, avec Charivari 2009, pur chardonnay, ou encore Gogane 2009, un cabernet des plus gouleyants!...

16112010_002

La Loire est-elle donc le long fleuve tranquille qu'on imagine?... Nombreux sont ceux qui se laissent porter par le doux rêve de disposer enfin de quelques arpents de vigne. Encore faut-il rester les pieds sur terre!... En Anjou, de nouveaux visages apparaissent. Vous pourrez sans doute les rencontrer prochainement, lors d'Anges Vins ou ailleurs. D'autres quittent les feux de la scène avant de s'y brûler, s'enroulent dans leur cape lie de vin, tirent leur révérence et saluent leurs fans, en jettant leur chapeau empanaché de mousquetaire du vin-roi dans le parterre!... Rideau!... Ainsi va la vie!...