Je pense que je vous ai déjà parlé de cette petite recette sympathique, le porc à la chinoise : filet mignon, sauce au curry, riz, poivron rouge, banane, pomme crue râpée, amandes grillées effilées. Arômes et saveurs débarquent. Accessoirement, vous pouvez y ajouter les baguettes, pour ceux qui maîtrisent leur maniement ou qui ne craignent pas les tâches sur leur chemise blanche. Pourquoi blanche la chemise, d'ailleurs?... Et, à propos, vous opteriez pour un rouge ou pour un blanc sur cette recette?...

11032013 004   11032013 003   11032013 005

Au risque que certains voient en moi une sorte de radoteur de cuisine pour étudiante préparant un brunch entre copines, pour jeudi soir pré-tonus et musical (y'a pas un peu trop de basses, là?...), ou encore comme un agent de l'Ouest tentant de voler au secours du Layon opprimé, je vous propose pour cette recette chinoise, qui pourrait être indienne, un Coteaux-du-Layon-Chaume 1989, du Domaine de la Soucherie, qui appartenait alors à Pierre-Yves Tijou, personnage attachant et enjoué, qui participa à une certaine réputation des vins du secteur, au coeur de quelques millésimes, qui avaient tout ou presque pour eux. La robe est joliment dorée, brillante. Les arômes sont plutôt délicats, le côté miellé est discret, laissant place à des notes de moka, un léger fond de caramel... Une pointe d'agrumes confits soulignée par une finale acidulée, répondant à une liqueur tendre et douce. Un vin qui est plutot servi par le temps, ce qui est quand même le propre des liquoreux angevins, même s'il n'est pas trop dans les canons du XXIè siècle. Pas certain que vous trouviez un 89 dans votre cave, mais vous pouvez peut-être essayer de filer en Layon, dès le printemps tout proche.

Consultez d'autres comptes-rendus Flash sur les Dégustantanés du blog d'Olif