13 mai, J+3 après le déconfinement, dont la durée, 50 jours environ, ne sera pas sans conséquences. Chacun s'accorde à le dire et à le penser. Bien sûr, beaucoup de vies ont été sauvées. C'est l'essentiel, indéniablement. Mais, huit semaines au cours desquelles on a surtout tourné en rond, dans son logement, du canapé à la cuisine (+2,5 kg en moyenne par personne, nous dit-on!), dans son jardin parfois, des rhododendrons (pour ceux qui les aiment!) au carré de pelouse qu'il fallait tondre, dans son quartier souvent déserté ou dans sa ville sous couvre-feu, ce n'est pas sans laisser de traces, palpables ou pas. Certains penseront qu'il faut rebondir au plus vite. D'autres vont garder, encore pour un temps, quelque appréhension. Hier, 12 mai, je devais entamer un séjour en Sicile, parce qu'elle le vaut bien!... L'Etna, ses vins, ses vignes et ses vignerons!... Déjà, un saut de puce à Venise et une escapade en Corse furent déprogrammées. Printemps pourri, printemps perdu!... Et toujours dans l'incertitude, quant à notre liberté d'action. Le futur, quant à lui, ressemblera-t-il à hier?... Les messages ressassés par certains sur le mode : "Il faut repenser notre façon de voir les choses!" ou encore "Restons dans nos frontières et oublions l'avion, vecteur de tous nos maux!" vont-ils anesthésier nos cerveaux et ternir nos rêves?...

Masques

Peut-être vais-je aussi finir par penser qu'un petit tour en bord de mer, à quarante kilomètres de chez moi, c'est aussi bien que d'admirer l'Acropole, après y avoir accédé à pieds par les ruelles d'Athènes?... Pas sûr!... Une sortie en mer, quelques bouquets qui frétillent, un ou deux homards pour la plancha du soir, c'est vrai, c'est peut-être aussi bien que des scampis appréciés sur une terrasse ensoleillée de Majorque. Allez savoir!... A l'automne, une forêt de pins dans les Landes girondines, quelques pieds de mouton, voire des girolles pour le magret, lorsque la nuit tombe, c'est mieux, pour certains, qu'un vitello tonnato dégusté avec gourmandise dans un restaurant d'une petite ville piémontaise... Il y a match!... Cap sur... les plaisirs simples!

of 13-05

Bon, je ne vais pas jouer les enfants gâtés, mais on a assez de choses qui nous brident pendant notre vie d'activité professionnelle, pour admettre qu'une fois à la retraite, il faille s'astreindre durablement à une règle des cents kilomètres ou au retour des frontières, au point de subir quelque "quatorzaine", dès qu'on met sur pieds un projet à caractère universel, où le mondialisme serait une sorte d'opposition à la mondialisation... Les gestes barrières, oui et pour longtemps sans doute. Les barrières douanières, non!... Allez, on se sert un autre verre, en attendant que les peurs - les nôtres et celles de ceux qui nous veulent du bien - soient moins présentes dans notre paysage, dans nos cerveaux!... En espérant vous parler bientôt de nouvelles destinations, de nouvelles rencontres, de nerello mascalese, d'assyrtico ou de sciaccarellu, verre en main!... Au fait, le 13 mai, ça ne vous dit pas quelque chose?...

What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail