Voici une région à laquelle on ne prête pas vraiment, de prime abord, les plus hautes qualités potentielles. Et, dans l'estuaire de la Gironde, c'est plutôt à la rive gauche que l'on donne aisément crédit!... On ne prête qu'aux riches, c'est l'évidence!...

Nous voici donc en Blayais-Bourgeais. Personnellement, je préfère Côtes-de-Blaye et Côtes-de-Bourg!... Même s'il y a désormais les appellations Premières-Côtes-de-Blaye et Blaye. Pas l'idéal pour rendre les choses tout à fait lisibles, du point de vue de l'amateur, ou du consommateur. D'ailleurs, pour le second, se souciant assez rarement de l'AOC (c'est du bon, mon grand cru déclassé!...) les vins de la rive droite de l'estuaire ont souvent été... consommés, plutôt que dégustés et appréciés pour leurs qualités propres. Il en circule toujours des flots, d'ailleurs, sur les routes de France, surtout celles montant vers le nord, remplissant cubitainers, bibs, voire même barriques!...

01032009_003   01032009_002   01032009_001

En cette soirée hivernale (il est costaud, cette année, le général hiver!...), c'est un Petit salé aux choux verts qui se présente à table. Son associé du jour est un Blaye, du Château Les Jonqueyres, millésimé 2001.

Un domaine un peu oublié avec les années, mais qui garde, à mes yeux, un côté fétiche. J'aperçois en cave quelques millésimes plus anciens, mais je ne me souvenais plus de celui-ci. Naguère, lors de dégustations comparatives de Médoc ou de St Émilion, des flacons du domaineblaye (1990 notamment) furent glissés dans la série, en tant que piège et bousculèrent les hiérarchies. Vous avez dit Grand Cru?...

Pour celui-ci, la robe est toujours sombre, intense. On découvre quelques délicats arômes de 01032009petits fruits mûrs. Puis, on distingue une tendance sous-bois, mais en finesse. L'attaque est d'une belle fraîcheur. Les tannins sont polis par le temps. La bouche est souple, ronde, agréable, même si le vin n'est pas d'une longueur affriolante... Du merlot, issu d'un sol argileux. De la souplesse, du corps... Mes repères actuels sont plutôt marqués par les caractères de vins beaucoup plus jeunes. J'en mesure l'influence, en appréciant à table ce Bordeaux, qui ne me transporte pas, mais pour lequel, j'admets le potentiel, qui en fait un vin à boire en ce moment!... D'ailleurs, je vais recommencer très vite, à la prochaine grillade maison!...

Et je vais tâcher également de retourner, avant longtemps, voir Pascal Montaut, du côté de St Paul, non loin de la citadelle de Blaye!...

Consultez d'autres comptes-rendus Flash sur les Dégustantanés du blog d'Olif