On dit parfois d'elle, encaveuse à Vétroz, que c'est la passionaria, voire la vestale de l'amigne!... Que n'a-t-on écrit à son propos?... Passionaria, je ne sais guère, mais passionnée, c'est certain!... Cela transparaît dès nos premiers échanges, à La Tour Blanche, lors de la dégustation des Liquoreux du Monde, la veille de l'ouverture de Vinexpo, à Bordeaux, si bien que nous convenons d'un rendez-vous, in situ, à la Cave des Tilleuls, au coeur du Valais, pour les tous premiers jours de septembre.

06092009_004   06092009_011   06092009_015

Passionnée certes, Fabienne Cottagnoud, chez qui on devine un caractère bien trempé, mêlant l'âme valaisanne et les origines italiennes. Résolument engagée au coeur du vignoble de Vétroz - toujours aussi agréable à parcourir, cela dit en passant - elle est une de ces vigneronnes mousquetaires (qui sont désormais bien plus que quatre!), à défendre ardemment la cause vineuse du Haut-Pays.

06092009_003  06092009_009  06092009_002  06092009_012

Lors de notre passage à la Cave des Tilleuls, c'était la mise en bouteilles de toutes les cuvées élevées en barriques et ce, dans le but de les rendre disponibles lors de Vinea, incontournable rendez-vous du premier week-end de septembre, à Sierre, non loin de là. L'effervescence donc, orchestrée dans le calme par Marc-Henri (Marcus, pour les intimes!...), ce qui permit à Fabienne de nous consacrer gentiment le temps voulu à échanger et à déguster.

Le domaine compte environ 4,5 ha de coteaux, dans le genre fortes pentes, cela va de soi dans le secteur!... Les parchets (nom des parcelles de vignes, façon terrasse, en Suisse, dont on peut admirer quelques superbes clichés sur le remarquable site de Régis Colombo) sont plantés de chasselas, d'amigne, de petite arvine et de malvoisie, ou pinot gris, pour les cépages blancs, ainsi que de pinot noir, gamay, humagne rouge et carminoir pour les rouges. Seuls les deux premiers blancs et les deux premiers rouges entrent dans l'appellation Vétroz Grands Crus.

06092009_013   06092009_006   06092009_010

Tout en devisant aimablement, Fabienne s'interroge sur l'ordre des vins dans cette dégustation. Elle nous donne les grandes lignes de ses choix. "J'aime faire des vins de garde, notamment en rouge..." Même si elle a suivi une formation des plus classiques - école d'agriculture pendant trois ans, puis Changins, sans pour autant faire le diplôme d'ingénieur-oenologue - elle travaille désormais avec le calendrier lunaire. Elle est clairement proche de la démarche de Vitival, association qui regroupe nombre de vignerons en production intégrée. Une conversion en agriculture biologique est restée dans les cartons, ou du moins dans un tiroir, dont elle avait malencontreusement perdu la clé, le jour du premier contrôle!...

Sincère, elle avoue avoir ressenti une certaine peur, lorsqu'au moment de préparer Vinea 2008, elle ne "retrouvait" pas ses rouges 2007, élevés sous bois neuf. Sans doute, n'avaient-ils pas alors la structure escomptée... Erreur d'appréciation?... Volonté de proposer des cuvées correspondant mieux aux standards anglo-saxons?... Le doute fût-il aussi augmenté à la lecture de quelques commentaires tranchés, au lendemain du week-end de Sierre?... Fabienne estime que ses vins "reviennent" désormais, mais sa conviction n'est sans doute pas encore tout à fait consolidée...

"C'est parfois difficile de déguster les rouges avec les Français!... Avec nos collègues, on se dit parfois qu'il vaudrait mieux éviter de faire déguster ces vins à nos voisins!... A leurs yeux parfois, ils sont moins réputés que ceux issus des grandes régions françaises et leurs références sont telles, que leur jugement est parfois sévère!..."

06092009_016   06092009_008   06092009_017

Mais, c'est qu'elle ne rigole pas, Fabienne!... Faut-il n'y voir là qu'une résurgence d'un supposé complexe d'infériorité helvétique?... Pas certain de connaître la réponse... En tout cas, en cette après-midi estivale, il nous restait une série de cuvées à découvrir.

- Pinot Noir 2008 :
Agréable constitution, pour ce vin issu de parcelles situées de l'autre côté de la route, dans une zone plus argileuse. Expression sur la retenue (mise au printemps) et fin de bouche qui se resserre assez vigoureusement.

- Gamay 2008 :
"Dans un pur style valaisan!..." selon la vigneronne. Couleur légère et volume médium. Évoque franchement 06092009_005une dôle classique. Là, je suis d'accord, nous n'avons guère le loisir de croiser souvent ce type de gamay en France!...

- Pinot Noir 2007 :
Élevage d'un an en barriques neuves... Il parait évident que la structure des jus, à l'origine, ne devait pas avoir le corps et le volume pour subir un tel élevage... C'est un peu inquiétant pour la suite, mais peut-être faut-il bousculer nos repères, face à la dictature du fruit?...

- Humagne rouge 2007 :
Une structure assez légère et des tannins marqués. L'originalité du cépage va-t-elle reprendre le dessus?...

- Carminoir 2007 :
Couleur, un net plus de matière, une expression sur le fruit séduisante. Une jolie surprise que ce vin issu d'un cépage local, fruit du croisement quasi dichotomique, du cabernet sauvignon et du pinot noir. Longueur cohérente et assez dense.

- Fendant 2008 :
Un chasselas doré, gras et long, que l'on destinera sans difficulté à la gastronomie. Élégance et distinction.

- Petite Arvine 2007 :
Une arvine sèche... ou presque!... Peu marquée par le bois à ce stade, elle propose de délicats arômes06092009_014 d'agrumes confits, voire d'ananas... Du volume et ce qu'il faut de tension.

Viennent ensuite, deux Amigne 2007 de Vétroz Grand Cru (deux abeilles), aux expressions très nuancées. La première compte 14 gr de SR et la seconde 20 gr, mais les sensations sont assez tranchées. Pures et droites, elles sont joliment structurées et d'un équilibre plutôt plaisant.

Enfin, très belle impression avec la cuvée Grain Noble ConfidenCiel 2006, une amigne flétrie intense, pure et droite. L'étendard de la cave et sans doute, une des plus haute référence valaisanne en la matière!...

A noter également que Fabienne Cottagnoud propose une Amigne Jaune de Vétroz, élevée pendant cinq années en barriques, sous voile, qui se veut plutôt dans un style Jerez (amontillado), que vin jaune du Jura.

Il est parfois curieux de constater que, quelqu'un que l'on nous présente comme une forte personnalité, de prime abord, ne tarde pas, au fil d'une conversation, à se montrer plus en proie aux doutes et aux questionnements de toutes sortes, qu'il n'y parait aux travers d'échanges de salons des vins et autres festivités mondaines annuelles. La vigneronne-leader de Vétroz connaît de francs succès avec ses amigne, notamment ses Grains Nobles mais, restant fidèle à un style assez traditionnel pour ses rouges, elle a peut-être vu quelques avis se raidir, au moment où les cuvées pleines de rondeur, de tannins soyeux, qui débarquent sur le marché, deviennent chaque jour plus conquérantes. Et l'on se demande alors, si elle n'admet pas finalement fort bien, que chacun butine, qui un gamay beaujolais "new-age", qui un pinot noir "syrahique", en cédant langoureusement au plaisir de la chair?... C'est un risque à courir!... Il semble que Fabienne Cottagnoud ne soit pas vigneronne à céder aux modes qui se succèdent. Après tout, si ce n'est pas là, faire preuve de personnalité!... Ce serait à désespérer des Valaisannes!...