Le mois de décembre ne manque pas de propositions, en matière de salons et rassemblements de toutes sortes!... Entre le layonesque Anges Vins et le poitevin Natura Vini, cap sur Paris-Plage, histoire de prendre l'air changer d'air!... Je rectifie, parce que, affirmer qu'un habitant des rives océanes puisse s'aérer, le temps d'un séjour, aussi court soit-il, en Région Parisienne, a quelque chose d'inévitablement paradoxal!...

Mais, le natif de Paris Centre que je suis, ne peut qu'apprécier cette sorte de retour aux sources de quelques heures dans la Capitale, surtout que, depuis quelques mois, il nous est possible de joindre en ligne tégévesque directe le coeur de la Vendée, voire la côte, au coeur de Paris. Trois heures et ainsi, taster quelques nectars, mon esprit et mes sens ne pouvaient se résoudre à zapper la chose!... Donc, pas de zapping du Grand Tasting!...

9h à Montparnasse, ouverture du salon à 10h30, le temps est clair, je peux prendre le chemin des écoliers. Sept ou huit stations de métro et me voici Place de la Concorde, à l'extrémité de la rue de Rivoli. En guise de serment du Jeu de Paume, il me revient à l'esprit, les paroles d'une chanson, dans le Paris qui s'anime : "Je suis l'dauphin d'la place Dauphine et la place Blanche a mauvaise mine..."

04122009_002  04122009_001  04122009_004  04122009_003

Je traverse la rue de Rivoli au moment indiqué par la figurine verte du feu tricolore (il vaut mieux!) et la première rue que je croise, au moment de prendre l'avenue en enfilade côté arcades, c'est la rue de Mondovi... "Le café est dans les tasses, les cafés nettoient leurs glaces"... Il me vient, le temps d'un éclair, l'idée saugrenue de tagger la pierre dorée d'un no un rien provoc', pour prolonger le nom de la rue... Amusé (un rien m'amuse!), j'entre dans un café proche, pour avaler un arabica et une chocolatine. Décidément, mon esprit est sous le signe du no!... Mondovi... no, Sanseveri... no!... "Les travestis vont se raser, les stripteaseuses sont rhabillées"... Mon esprit vagabonde, mon regard sur Paris se trouble (c'est facile avec un appareil photo qui se la joue Baraou!...). Je traverse pour passer par les Tuileries et je fonce tout de go, cap sur la Pyramide du Louvre et le Carrousel, où moult groupes de Japonais se canonisent ou se fujitisent!... A propos de jeu de go, une petite partie?...

04122009_005   300px_Go_board_1_   04122009_010

Alors, le Grand Tasting vous laisse-t-il de marbre?... Pas moins de 260 producteurs sont présents (ou représentés) sur la Place des Grands crus, tous bettanetdesseauvisés. Dix-sept Master Class sont proposés, des ateliers du goût, des séances de dégustation à l'École des terroirs, sans oublier les bars gourmets, il y en a pour tous les goûts!... Mais, c'est surtout l'occasion de rencontrer quelques internautes et de croiser un blogueur par ci, une blogueuse par ... Et de voir ou revoir des vignerons de toutes origines.

Tout d'abord, passage par la mezzanine, pour saluer un vigneron vendéen, Jérémie Mourat et une mise en bouche avec ses cuvées blanches, 100% pinot noir, qui se révèlent bien plus qu'anecdotiques. Le jeune 04122009_008vigneron mareuillais s'est fixé de nouveaux objectifs (travail du sol, conversion en bio...) pour ces cuvées, dans la foulée de la création de son Clos Saint André et cette gamme pourrait rejoindre, définitivement décomplexée, l'ordre des belles bouteilles ligériennes. Aux amateurs de les jauger, peut-être avec moins de condescendance.

Après que Laurent se soit rallié à mon panache blanc (private joke), nous optons pour le Domaine FL, curieux amateurs de Loire que nous sommes. En fait, nous cherchons assez longuement (la numérotation des stands n'étant pas opérationnelle pour l'ouverture!...), pour nous rendre compte que les stands n°68 et 69 sont en fait occupés par les Vignobles Derenoncourt, qui est justement conseil du domaine visé. Il nous faut donc passé par un chardonnay 2008 en Vin de Pays du Lot (mais, pourquoi un chardonnay à la bourguignonne de plus sur le marché?!...), avant de découvrir Chamboureau, un Savennières 2007 classique, plutôt sèveux, propre sur lui... Un peu trop propre, non?...

Sans plus attendre, cap sur l'Italie!... Rien que pour l'Espace Italie du Grand Tasting, les sous-sols du Carrousel du Louvre valent le détour!... Nous retrouvons vite Catherine, quelque peu perplexe par son premier Master Class et Jérôme, le petit dernier de la famille, qui se penche de plus en plus sur les vins de toutes origines (avec une idée derrière la tête, mais ne le répétez pas!...). C'est avec un grand plaisir que nous voyons arriver sur le stand d'Oenotropie, Luca Roagna, venu de Barbaresco pour l'occasion. Nous y croisons également Philippe Barret, de la revue Le Rouge et le Blanc, qui avait fait l'acquisition de quelques cuvées du domaine à l'aveugle (ou presque!) et qui ne pouvait rater une telle opportunité de découvrir les vins. Nous sommes tous d'accord!... Quel talent, quelle émotion, dans ces Barbaresco (Pajé 2003) et Barolo (Vigna Ronda 2004)!... Et il y a tellement d'autres nectars au domaine!... Luca en profite pour me faire part de tout l'espoir que lui laisse le fruit des vendanges 2009. Pas près de les voir en bouteilles, vus les élevages pratiqués par l'Azienda Agricola Roagna, mais certainement des merveilles pour un monde futur (et meilleur?).

Finalement, curieux de (re)découvrir les vins français, Luca accepte de nous accompagner dans notre visite. Passage chez Agathe Bursin, de Westhalten, au coeur de l'Alsace. Une jolie vigneronne, au caractère bien trempé, qui connaît un franc succès, depuis quelques temps. De jolis vins, qui déclenchent l'intérêt de nombre d'amateurs et ne manquent pas cependant, de soulever quelques questions... Et de rejoindre l'avis d'un vigneron du Roussillon, de retour d'Alsace, qui me disait dans un récent échange de mails : "Les Alsaciens ont un vrai problème avec le sucre!..."

Nous ne voulons pas en rester là, si bien que nous prenons l'option de déguster les vins de Marcel Deiss, dont la démarche est quelque peu différente, sans être persuadés à l'avance, d'y trouver le contre pied de la gamme d'Agathe. Mais là, problème!... Le stand est bien situé, mais pris d'assaut!... Passons notre chemin!...04122009_009 De l'autre côté de l'allée, se trouve le Domaine de Bellivière d'Éric Nicolas, avec ses Jasnières et Coteaux du Loir. Luca n'a guère de références en matière de chenin et nous pouvons apprécier une série de blancs qui se dégustent fort bien : Les Rosiers 2007, Vieilles Vignes 2007 et 2005, ou L'Effraie 2007.

Sans coup férir, nous regagnons la mezzanine, pour revoir les vins du Domaine René Bouvier, de Gevrey-Chambertin et Marsannay. Cette sorte de filiation entre pinot noir et nebbiolo ne peut qu'intéresser le Piémontais Luca Rogna. De l'une à l'autre, les cuvées se dégustent très différemment. Bernard Bouvier nous avoue qu'il ne retrouve pas ses vins dans le cadre du Grand Tasting... Il faut dire qu'à l'étage, on a un peu la sensation de manquer de hauteur... sous plafond. Non qu'il faille nécessairement organiser de tels évènements sous les voûtes d'une cathédrale, je le concède volontiers, mais je reste persuadé que nous sommes quelques-uns à partager ce sentiment. Ceci dit, le Gevrey-Chambertin Petite Chapelle Premier Cru 2007 et le Charmes-Chambertin 2007 nous régalent!...

Après un sandwich réparateur, si je puis dire et Luca ayant réussi à se convaincre qu'il devait passer un peu de temps sur son stand, nous avons écouté la suggestion d'un autre blogueur parisien, en nous rendant au stand d'Albane et Bertrand Minchin, vignerons à Menetou-Salon et Valençay. C'est un peu la ruche là aussi!... On devine, on subodore, on mesure le succès actuel de ce domaine. Les journalistes s'y arrêtent volontiers. Les amateurs et professionnels divers viennent y avaler un coup de sauvignon. Il faut dire que la gamme des blancs a un beau potentiel de séduction, avec leur tranchant et leur volume, qui jouent dans l'élégance. Certainement, un objectif de visite pour le futur, avec un vigneron passionné, ouvert au débat, qui travaille ses sols, estime qu'il doit beaucoup aux vignerons passés en bio, mais qui, à priori, ne franchira jamais le pas!... Pour peu qu'il n'use pas trop de certains arguments (le bilan carbone des uns et des autres, le cuivre, le soufre...), il n'en sera que plus "fréquentable"!... Quelqu'un à rencontrer in situ, indiscutablement!...

Si tout finit par des chansons, dit-on, pour notre part, nous finirons par le Roussillon!... Passage au Clos des Fées, mais Hervé Bizeul, retour d'escapades de par le Monde et de Genève pour l'heure est littéralement squiz, comme dirait un marin-pêcheur breton, de retour du Raz de Sein!... Il demande grâce, ne rêve plus que d'une chose : trouver un siège!... Je n'aurais donc pas ma réponse...

Direction donc, le Domaine Singla, de Laurent de Bésombes et son blog. Avec le vigneron de St Laurent de la Salanque, une dégustation se déroule, sauf exception, dans la bonne humeur!... Plutôt bien pour finir la journée!... Il y a aussi du monde dans les bouteilles!... Nous avons dégusté là, une série de rouges dans le genre étonnants. Je ne me souviens plus du nom de toutes les cuvées, mais garde un beau souvenir de celle à dominante carignan - La Crinyane, je crois - qui se goûte remarquablement en ce moment. Et jusqu'au Rivesaltes, 100% maccabeu, qui vient idéalement mettre un point final à la journée.

04122009_006

Mince, mais j'ai un train à prendre, moi!... "Les banlieusards sont dans les gares"... "C'est l'heure où je vais me coucher"... "Il est cinq heures, Paris se lève... Il est cinq heures, je n'ai pas sommeil..."