"Le vin, c'est comme une carte postale!" La phrase, prononcée sur le port de commerce des Sables d'Olonne (où il n'y a pas que le Vendée Globe!), est d'Olivier Cousin, vigneron angevin et navigateur transatlantique à ses heures. Lui qui ne navigue pas sans avoir quelques flacons au fond du bateau, considère que quelques jours passés en mer, c'est bon pour le contenu de ses bouteilles!... Cette année, ils sont une bonne douzaine à le suivre pour cette aventure. La plupart sont ligériens et d'Anjou, mais certains sont languedociens!... Pas loin de dix tonnes de vins sont arrivés là par la route notamment en ce mercredi, après Olivier Cousin et Thierry Michon, le régional de l'étape. Le lendemain jeudi, un autre camion déposera les flacons de la région de Montpellier sur le quai. A charge pour l'équipage d'une quinzaine de marins de ranger les cartons un à un dans la cale!... Sportif!...

103414585_10222821991356325_2495650031792669660_n  104032931_10222821993156370_3187709907212365217_n

Le Tres Hombres est un brick-goélette (ou brigantin) de trente deux mètres de longueur hors tout, sous pavillon exotique de Vanuatu. Construit en 1943 en Hollande, il a successivement servi comme chasseur de mines en Norvège pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis comme navire de pêche en Allemagne et pour le transport de passagers en mer d'Irlande, avant de finir sa carrière dans une vasière hollandaise. Après une tentative de rénovation et de conversion en yacht, à partir de 1986, il est finalement repéré et racheté par Arjen, Jorne et Andreas (les Tres Hombres), trois passionnés sensibilisés par de précédentes navigations sur de vieux grééments. Au bout de deux ans, le bateau est délesté de son moteur. Son gréement complété permet, lors de son voyage inaugural en 2009, de se rendre à Copenhague, à l'occasion de la conférence sur le climat (COP 15). Depuis, c'est l'armateur hollandais Fairtransport Shipping and trading qui l'affrète pour le transport de marchandises à travers l'Atlantique, puisqu'on peut le croiser sur la route des alizés, lorsqu'il part aux Antilles, afin de remplir sa cale de rhum, café et chocolat, essentiellement issus de l'agriculture biologique et du commerce équitable. Un second bateau, le Nordlys IV, plus petit (25 m), assure d'autres transports en Manche, Mer du Nord et proche Atlantique, avec son statut de plus ancien cargo à voile (1873). Il se murmure qu'une navigation en Méditerranée est possible en 2021 (ou 2022) pour ce bateau, à l'occasion d'Escale à Sète, évènement reporté en avril dernier, pour cause de Covid-19.

103144695_10222821991836337_4280481972161269124_n  104100686_10222821992156345_547015387796510285_n

A bord donc, une quinzaine de personnes, dont certaines viennent aussi pour goûter l'apprentissage parfois rude de la navigation à voile à l'ancienne. Le capitaine est une jolie trentenaire, originaire de Douarnenez, Anne-Flore Gannat, pas penn-sardine pour deux boites, ni profilée "rude capitaine hollandais". Elle s'exprime doucement lorsqu'elle est à terre, mais l'on devine que sa voix se fait plus ferme lors d'épisodes de navigation animés, comme il se doit, elle qui compte nombre de milles parcourus, notamment à la tête du voilier polaire Arctic.

103484740_10222822003476628_3312326271631864201_n  103051053_10222821994516404_459144882504321691_n

Voilà donc une douzaine d'années que ces transports à la voile dont débuté, d'abord entre les Antilles et l'Europe, mais désormais, les cargaisons de vins bios alimentent le Danemark chaque année, avec l'espoir de les rendre durables. L'ensemble est notamment destiné à Sune Rosforth, importateur bien connu à Copenhague, passionné de vins naturels, qui y diffusera, dans quelques restaurants, les 17000 bouteilles présentent dans la cale. Précédemment, c'était à Douarnenez ou Brest que le bateau faisait escale et prenait en charge le contenu des palettes, mais cette année, le passage aux Sables d'Olonne a peut-être contribué à une certaine mobilisation de nouveau vignerons ligériens. En plus de Thierry Michon et Olivier Cousin, déjà cités, on retrouve, entre autres, Mark Angeli, Baptiste Cousin, Toby Bainbridge, le plus british des vignerons angevins, ou encore le Domaine des Maisons Brûlées (la maison brûle...) et même quelques autres de la région de Montpellier. Bien sûr, le parfum de cette aventure, ayant vocation a devenir annuelle, n'est pas la moindre de leur motivation, mais on devine que ce transport alternatif, particulièrement décarboné, est déterminant dans leur démarche. Notez que c'est à peu près l'équivalent d'un container qui voyage ainsi.

103440120_10222822004676658_3798298791560989739_n  103917039_10222821994236397_2662891569518441040_n

Si, hormis deux articles parus dans la presse locale, le séjour aux Sables se fait dans la plus grande discrétion, notamment du fait de la présence du bateau dans le port de commerce peu fréquenté, l'arrivée au Danemark, ou parfois aux Pays-Bas, reste une fête absolue, à laquelle nombre de passionnés (et d'actionnaires) participent. Ainsi, sur le quai même, de grandes tables sont installées et les bénévoles viennent notamment donner un coup de main, pour ouvrir tous les cartons et ainsi, coller sur toutes les bouteilles, la petite étiquette signalant qu'elles ont été transportées à la voile. Avec sans doute une part d'émotion et une certaine fierté.

103414585_10222821992756360_8096772873197614918_n  103571359_10222821999836537_571392350802724260_n

"Hissez haut Santiano!" Le Tres Hombres va reprendre la mer ce dimanche. Si vous êtes de passage dans la cité des Olonnes, vous pourrez peut-être le voir franchir le chenal sur les coups de treize heures, si la météo le permet. Anne-Flore espère un franc suroît, histoire de contourner la Bretagne sans encombres et filer ensuite en Manche. Bon vent Tres Hombres!... Au plaisir de vous revoir sous notre latitude ou ailleurs, pour de nouvelles aventures!...