Pour ces premiers VdV 2013 et leur opus 52, j'avoue avoir un peu séché sur le sujet, tant je l'avais associé, dans un premier temps, aux caves coopératives. Non qu'elles soient toutes à écarter, mais plutôt qu'elles illustrent assez rarement nos débats. 

24012013 018Cependant, une ou deux publications matinales ce jour et une relecture du thème proposé par Éric Leblanc et son p'tit blanc sans col, m'ont davantage inspiré, surtout au lendemain d'une visite dans le vignoble du Muscadet, haut-lieu du p'tit blanc de comptoir justement (de plus en plus rare!) selon certains, mais en train d'évoluer vers tout autre chose, grâce à la pugnacité et à la passion de quelques vignerons du cru.

Curieusement (diaboliquement?), je vais évoquer pour la deuxième fois consécutive Faust et Méphistophélès, mais là, ce ne sera que pour illustrer cet article, tant les deux acteurs composant ce duo de vignerons de la Bretonnière du Landreau, sont aussi des passionnés d'opéra et de musique classique. Vous pourrez apprécier le jardin de Marguerite, à la mode du Pays Nantais, très prochainement et ici-même.

24012013 021

En attendant, focus sur une des cuvées du Domaine de l'Ecu, de Guy Bossard et Frédéric Niger Van Herck (qui n'est pas un richissime hollandais investissant le vignoble atlantique et encore moins l'héritier d'un diamantaire d'Anvers, mais un Breton pur souche des environs de Concarneau!) : Taurus 2010 et son étiquette représentant un vitrail de la cathédrale de Chartres. N'en déplaise à Lucifer!...

Une cuvée issue à 55% d'un terroir d'orthogneiss et à 45% du granite qui compose quelque mamelon proche. Un élevage de seize mois (dix en cuve et six en fûts sur lie). Pas de passage au froid, un vin ni filtré, ni collé.

Frédéric dit volontiers, amusé, qu'il pourrait être à terme (dix ans ou plus!) le plus meursaltais des Muscadets!... En toute humilité, mais étonné dès maintenant par les commentaires de ceux qui découvrent à l'aveugle cette cuvée hors normes. Sacré taureau, comme dans l'Antiquité, dont les cornes sont associées à celles du bélier sur certaines nouvelles étiquettes, pour les cuvées du domaine. Les signes du zodiaque des deux vignerons, comme autant de constellations devant lesquelles naviguent le soleil et les planètes, biodynamie oblige. Tout se tient!... Un domaine qui étonne toujours, sans céder pour autant à l'enthousiasme ambiant pour la démarche des Crus Communaux. Et qui bientôt proposera quelques rares Muscadets rouges!... Quoi?... Hors de ma vue, Belzébuth!...