Ce mois-ci, c'est Iris Rutz-Rudel, de Lisson Estate, qui nous convie à une rafale de tramontane!... La Présidente à vie des Vendredis du Vin prend la route 66, au guidon de sa Harley, à l'occasion des VdV #66!... Vrooomm!... C'est un peu pour être tous, en quelques sortes, les Hell's Angela Mwine, si j'ose dire!...

vdv-logo[1]Le Roussillon, c'est l'occasion de piocher dans une offre des plus larges : blancs secs sudistes, mais exprimant la "minéralité" des multiples terroirs de la région, rouges souvent capiteux, mais dont la "typicité" s'élargit vers des notes de fruits frais, quand la surmaturité n'est pas recherchée et bien sur, tous les vins doux naturels (pour un peu, on aurait oublié que le N de VDN signifiait naturel, n'en déplaise à certains!) en mode réducteur ou oxydatif.

Bref, une belle occasion aussi de se lancer dans la recherche d'un accord met-vin original, mais goûteux. Pour cela, il faut d'abord se rendre au marché, avec une petite idée derrière la tête et notamment le choix, avant toute chose, du flacon destiné au dîner, en l'occurence, un Banyuls blanc Les Escoumes, du Domaine de la Casa Blanca, dont les locaux sont situés sur les hauteurs de Banyuls. C'est simple, c'est une maison blanche adossée à la colline...

Quelque chose me titille ce matin-là : lapin, poire, gorgonzola... Surprise, le web ne manque pas de recettes alliant ces trois ingrédients!... Un beau lapin, donc, bio de préférence, coupé en morceaux (non, je ne prends pas la tête, Madame PhR va pousser des cris!), des poires même si ce n'est plus trop la saison, des conférences pour l'occasion et du Gorgonzola de chez Sacha, à l'Opéra des Fromages. La marchande de fruits et légumes me permet de trouver de la sauge fraîche - parfait! - et finalement, le soir même, je trouve au Chai Carlina (que j'évoque à dessein en ce week-end de l'Ascension...) les dix centilitres de Porto blanc qu'il me fallait également!...

001 003

Histoire de pimenter la recette, si l'on peut dire, puisqu'elle est plutôt composer d'une association de douceurs, le plat est accompagné d'asperges des bois (ornithogalum pirenaicum, ou aspergette, à ne pas confondre avec l'asperge sauvage, asparagus acutifolius, comme vous le préciseront tous les spécialistes!) de saison, ce qui en fait une recette printanière, alors qu'on pourrait penser, de prime abord, qu'elle est plutôt automnale.

Madame PhR, rentrant en ce dimanche d'une escapade en randonnée dans les Bardenas Reales (non, ses absences ne m'inspirent pas, ce sont ses retours, mauvaises langues que vous êtes!...), apprécie cet accord met-vin comme il se doit et s'étonne au passage que le Banyuls s'évapore à ce point dans les verres!... Grandeur des arômes et saveurs et décadence gourmande!...