Second épisode de notre découverte des vignobles crétois. A partir d'Agios Nikolaos, notre lieu de villégiature, cette fois, il faut mettre le cap vers l'ouest et Héraklion, sorte de capitale qui s'étend de plus en plus, survolée par un ballet d'avions transportant les touristes d'avril à octobre et où le littoral est de plus en plus bétonné, vu le développement des stations balnéaires, à la façon de celles d'Espagne, d'Italie, de France et d'ailleurs. En arrivant au niveau de la route contournante, on éprouve vite le besoin de fuir vers le sud, en direction des collines et des montagnes à l'horizon. Pas de difficulté particulière pour cela, si ce n'est que l'on comprend vite que les vignobles de la Crête centrale - Dafnés, Archanés et Peza - sont situés dans des vallées parallèles. Il nous faudra donc revenir sur nos pas pour les découvrir successivement. Ceci dit, on ne s'éloigne à chaque fois que d'une petite vingtaine de kilomètres de la capitale, qui ne l'est pas d'ailleurs, même s'il s'agit de la plus grande ville de l'île.

cretes
Source : http://www.greekwine.gr

Nous prenons tout d'abord la direction du sud-ouest et donc de la zone d'appellation de Dafnès, plus particulièrement du village éponyme, pour y rencontrer Nikos Douloufakis. En s'éloignant de la côte nord, le plus surprenant est de découvrir un très beau paysage de coteaux, où la vigne le dispute aux oliviers, les deux se côtoyant en alternance le plus souvent, quelles que soient les orientations et l'altitude.

14718631_10210758041765125_6370031675998010393_n   14656341_10210758055205461_8995601980405796863_n   14650588_10210758041565120_5594547739358715789_n

~ Domaine Douloufakis ~

Nous suivons la rue principale du village, ainsi que les panneaux indiquant les différents domaines, puisque nous sommes là sur la route des vins de Crête. Une vingtaine de kilomètres nous séparent de la côte, mais on sent immédiatement que l'ambiance a changé. Les anciens du village se sont regroupés sur les terrasses de leur choix et regardent passer la petite Peugeot rouge. On a l'impression de pouvoir les retrouver là, immuables, quel que soit le jour de l'année. Pourtant, au creux de l'hiver, parfois, il neige dans ces collines. Le paysage a quelque chose du Beaujolais, les oliviers en plus. Ou alors de certains endroits du Roussillon, où il est plus facile de trouver ces arbres et de l'huile vierge.

14570410_10210758041285113_8635187781856169515_n   14642495_10210758036004981_5028844399364588989_n   14657411_10210758037845027_2142893620890660600_n

Nous nous faufilons dans un dédale de petites rues pour atteindre le domaine au coeur du village. Une jeune femme nous propose de patienter quelques minutes, le vigneron est sur le point de rentrer, il est presque midi. Je gare la voiture sur un parking proche, un gros pick-up blanc aux couleurs de Douloufakis Winery arrive. C'est bien Nikos, le représentant de la troisième génération de vignerons depuis 1930, l'époque du grand-père pionnier Dimitris. On se parle en anglais, avec nos accents respectifs, mais on se comprend. Il me propose de visiter la cuverie. Surprise : elle est répartie dans différentes pièces de ce qui pourrait être une maison traditionnelle. Trois ou quatre cuves en inox dans chaque espace. Je lui fais remarquer que ce ne doit pas être simple tous les jours, lors des vendanges. Il confirme aisément, mais au passage, il fait part de son attachement à ce lieu, qui porte la trace du passage et du travail de ses parents et grand-parents. "Pour rien au monde, je ne quitterai le coeur du village, malgré les difficultés que cela engendre. Nous y sommes tous très attachés!... Nous devons faire preuve d'imagination et nous adapter."

14691142_10210758041045107_7667171370635740000_n   14725537_10210758038805051_5485007583066860084_n   14690898_10210758040245087_7527933802465940267_n

La foi qui soulève les montagnes!... Avec Nikos Douloufakis, il est clair que nous sommes en présence d'un vigneron qui va de l'avant. Avant lui, peut-être s'est-on un peu perdu dans les orientations à prendre, c'est du moins ce que l'on entend parfois à propos du vignoble grec. La tradition tout d'abord, avec le retsina, qui ne laissait pas forcément de grands souvenirs aux touristes de passage, puis l'apparition des grands cépages internationaux (syrah, cabernet sauvignon...), au risque d'y laisser son identité et puis, désormais, la mise en valeur des cépages locaux tels que vilana, vidiano (en plein essor, avec ses arômes suggérant le viognier rhodanien), assyrtiko (absent ici) ou muscat of spina en blanc, ou encore liatiko, kotsifali et mandilari du côté des rouges.

14680739_10210758036324989_7944166918482371495_n   14713637_10210758037325014_7434922594549106741_n   14695564_10210758036965005_467301663210479253_n

Au fur et à mesure de la discussion, le vigneron m'identifiant comme professionnel, puisque propriétaire d'un "wine shop", la confiance s'installe. Malgré l'heure et l'éventualité qu'il ait à repousser son repas de la mi-journée, il m'invite à prendre place dans sa voiture, pour une découverte du reste de ses installations, à savoir un grand chai d'élevage et de stockage. Au passage, j'admire le paysage, avec une sorte de cirque, dans lequel vigne et oliviers alternent. Le coup d'oeil rappelle aussi les alentours de Barolo ou Barbaresco, voire une bonne partie du Piémont. Un pays que Nikos connaît bien, puisqu'il y séjourna pour passer son diplôme d'oenologie, à Alba. Pour l'instant, il puise quelques centilitres dans différentes cuves contenant les jus des dernières vendanges et me tend le verre à cadence élevée. Les équilibres sont assez remarquables. Les vins en cours d'élevage en barriques ne montrent aucune extravagance aromatique. Si vous cherchez des vins maquillés, vous n'êtes pas à la bonne adresse!...

14729283_10210758038565045_2014343522808239882_nPuis soudain, me vient une interrogation. Lorsqu'on parle et que l'on déguste des vins grecs, pour peu qu'on ait, un tant soit peu, pratiqué la plongée sous-marine, qui plus est sur des épaves anciennes, on se rappelle les amphores, servant au transport du vin dans l'Antiquité. Alors que ce mode d'élevage se répand en Europe et notamment en France, en est-il de même en Grèce et en Crête? Nikos me regarde en souriant, amusé par la question. En guise de réponse, il me dit :"Vous avez un peu de temps devant vous?..." Quelques instants plus tard, nous sommes de nouveau à bord de son pick-up. Conduite façon Rallye de l'Acropole! Les rétroviseurs frôlent les façades. Nous filons jusqu'au village voisin. Le vigneron n'a pas trouvé mieux qu'une sorte de garage, à proximité de la maison de ses beaux-parents, pour entreposer presque secrètement ses dites amphores. Après quelques recherches, il en a défini la forme. Il a même choisi le potier et la terre qu'il fallait, à ses yeux, utiliser. Toute la dimension artistique de la production viticole, aux yeux de Nikos Douloufakis!...

Une sélection de jus blanc et rouge du millésime 2016 se trouvent là. Si je comprends bien, je suis le premier à les découvrir. Suprême honneur!... Il n'est pas encore certain de ce qu'il va en faire. A la dégustation, c'est un peu brut de... décoffrage! Mais, nous sommes seulement à la mi-octobre. Et déjà sur une autre planète. Quand la passion vous transporte vers d'autres rivages...

14729323_10210758039605071_4057430115798603357_nFinalement, je laisse le vigneron prendre son repas et vaquer à diverses occupations (il est en train de préparer une parcelle - voir au-dessus - destinée à une future plantation). Bien sur, il n'a pas manqué de me montrer ses vignes, pour évoquer aussi le terroir. Nous avons parlé du mode de culture. En fait, une partie de la conversation s'articule autour de l'approche biologique en Crête. On peut considérer que quatre ou cinq domaines, parmi la trentaine identifiés en "cave particulière" sur l'île revendiquent officiellement un label bio. Nikos Douloufakis explique qu'une culture bio est un choix presque naturel ici, avec des conditions météorologiques favorables. On peut même considérer que l'emploi de substances chimiques de synthèse est quasiment une aberration. A ses yeux, semble-t-il, la revendication du bio intègre toutes les pratiques, de la vigne à la cave, ce que certains ne sont pas prêts à assumer dans l'immédiat. Si je comprends bien entre les mots (la langue anglaise pratiquée en Crête est encore plus subtile!), c'est précisément son cas, même s'il tend à intervenir de moins en moins sur les vins en cours d'élevage et qu'il est de plus en plus sensible à l'utilisation modérée des sulfites. Ici, la gamme comprend pas moins d'une petite douzaine de cuvées, qui sont toutes à l'honneur de ce vigneron sincère et généreux, y compris avec les touristes de passage, qui n'ont même pas prévenu de leur visite!... Belle découverte du côté de Dafnès!...

14656252_10210758708101783_6755163331110905929_n   14670648_10210758710501843_3083444579602279737_n   14725659_10210758711421866_7134216204735907571_n

~ Domaine Stilianou ~

Nous voici partis à la découverte de l'appellation Archanés, du moins de l'un de ses représentants, en la personne de Ioannis Stilianou, vigneron à Kounavi. Heraklion n'est qu'à une quinzaine de kilomètres et la célèbre cité antique de Knossos à guère plus de dix ou douze minutes. Toujours la route des vins de Crête et les petits panneaux de couleur Bordeaux, qu'il est nécessaire de remarquer et d'identifier. Winery Stilianou, il faut quitter la rue principale du village en tournant à gauche. Une place, des maisons en travaux, les rues sont de plus en plus étroites, mais les indications sont toujours là. A droite, à gauche, cette fois, il faut quitter la route plus ou moins carrossable. Un chemin bordé de parcelles de vignes et d'oliviers. Quelques centaines de mètres plus loin, une maison traditionnelle, dont une partie sert de cuvier, une autre de chai d'élevage, sans oublier la salle de réception des visiteurs de passage, meublée de façon traditionnelle.

14724425_10210758707821776_4714729001899419624_n   14718598_10210758708741799_6716352778206891896_n   14641978_10210758709501818_2903366058992239576_n

Il faut dire que malgré le relatif isolement de ce domaine, le vigneron et ses parents sont bien occupés (et nous ne sommes qu'à la mi-octobre!) au cours de l'après-midi, puisque les voitures de location se succèdent presque sans interruption, souvent aux mains de touristes russes. Par chance, j'arrive dans un moment calme et Ioannis Stilianou accepte de me montrer ses vignes les plus proches. Il n'y a là que des variétés de cépages crétois. En rouge, kotsifali (notamment utilisé pour la production d'un rouge doux, issu de grappes exposées au soleil) et mantilari. Pour les blancs, vilana, vidiano et thrapsathiri.

14702246_10210758711901878_8174778929189921890_n   14716249_10210758714421941_7982231437393516274_n   14729197_10210758712821901_6662793640649277900_n

Un rosé est également proposé, issu des mêmes cépages rouges. La surprise vient surtout du fait que la production est très traditionnelle, s'appuyant sur une approche biologique revendiquée (malgré ce qu'on peut voir sur le site du domaine, mais l'achat de raisins est très pratiqué ici...). En plus du rouge doux, incontournable en Crête, il n'y a ici qu'un seul blanc (Theon Dora, le don des dieux), un rosé (Theon Dora également) et un rouge (Theon Gi, le don de la terre). Les deux premiers sont récents, frais, mais avec une belle texture, alors que le rouge proposé à la dégustation est un 2007!... Maturation en barriques de chêne françaises et nécessité d'un élevage prolongé sans doute. Pour terminer, Ioannis me confie un verre et m'invite à le suivre dans le cuvier. Là, il me permet de découvrir un jus très coloré, qui se révèle puissant et quelque peu austère. Il faut dire que la cuve contient le millésime 2008. Et juste à côté, il s'agit de 2009! Des vins que le vigneron laisse s'homogénéiser avant de les mettre sur le marché. Une démarche étonnante, sachant qu'il vient de récolter 2016!...

Pour finir, découverte d'une remarquable huile d'olive biologique, de celles que l'on déguste aisément à la petite cuillère!... A Kounavi donc, une découverte qui nous ramène au coeur d'une viticulture plus traditionnelle, plus familiale, même si cette notion est partout revendiquée en Crête, ou presque. En tout cas, une approche s'appuyant exclusivement sur les cépages locaux et une production obéissant à des critères très couleur locale. Néanmoins, des vins de qualité, qui ne cèdent pas à une quelconque course au modernisme, ni à une survivance de pratiques obsolètes.

14642049_10210760962518142_3825343595537221383_n   14671078_10210760972118382_7255878536473625008_n   14724576_10210760960198084_7032419019663236775_n

~ Domaine Paterianakis ~

Nous voici dans la zone de l'AOP Peza, à Méléssès. Le Domaine Paterianakis est qualifié de pionnier, en matière de culture et de production agrobiologique dans la région. Une vingtaine de kilomètres sépare ce grand bâtiment de construction récente de la ville d'Héraklion. Malheureusement, je n'ai pas prévenu de mon passage et je dois me contenter du survol des sept ou huit cuvées du domaine, confortablement installé au bar de la salle de réception. Remarquez, un client potentiel tout seul, avec sa tenue de touriste, dans une petite voiture rouge, se pointant à dix sept heures, qui plus est Français et venu, entre autres, pratiquer la navigation à voile, c'est plutôt rare dans le coin!... Pour un peu, ça ferait tâche!

14680510_10210760961078106_5771749801030518550_n   14650737_10210760973958428_5044567482218567004_n   14731215_10210760963678171_6375804143793022014_n

De plus, selon les infos qu'on glane ici ou là sur Internet, le bâtiment en question a été construit avec des matériaux locaux, issus de la terre même du domaine, de façon à utiliser la gravité. J'en conclue donc que tous les locaux techniques sont à l'étage inférieur. Pour ce qui est de la réception de la clientèle, il semble que tout soit prévu pour accueillir des groupes conséquents (de Russes notamment?). Une salle que l'on destine aisément à un mariage, ou un conseil d'administration de multinationale, voire à un congrès d'armateurs locaux et juste à côté, une immense terrasse, façon pergola, sur laquelle on pourrait aussi garer le car pullman aux vitres tintées, qui convient aux tamalous en goguette!...

14681589_10210760971278361_4114269551793760487_n 14724555_10210760970318337_2408355802399919527_n 14725718_10210760968598294_6554766654265996190_n 14731308_10210760964518192_2428228477275181610_n

Pas de chance non plus, puisque je ne pourrais rencontrer les deux jeunes femmes qui managent l'ensemble, que par le biais d'une photo sur un magazine. "The ladies of Cretan wines"!... Elles sont les représentantes de la troisième génération présente au domaine. Côté vins, un survol donc de très jolies cuvées, le tout proposé par l'adorable maman des jeunes femmes, un peu surprise d'avoir des visiteurs simultanés (deux Suissesses sont aussi en train de déguster sur la terrasse), mais qui s'en sort très bien et non sans humour, avec renfort de gourmandises diverses, dont des morceaux de feta arrosés de l'huile d'olive bio du cru. Un régal!...

14721546_10210760973198409_3111159600287685266_n

Ici, on trouve donc une gamme dite "Melissinos", avec un rouge 100% syrah, un rosé (kotsifali et syrah) et un blanc où sont associés thrapsathiri et sauvignon blanc. Il y a aussi deux autres rouges composés de kotsifali et de mandilari, l'un en IGP Crête (la gamme "Melissokipos"), l'autre en AOP Peza. Puis enfin, trois autres blancs : le premier 100% vidiano (toujours le cépage vedette du moment destiné aux belles cuisines de poissons et de crustacés), un second 100% assyrtiko, dont l'échantillon de 2015 s'est montré très plaisant et un troisième 100% muscat de Spina, plutôt dédié aux apéritifs, avec des notes florales tout en finesse.

Encore une belle découverte donc, qui mériterait une visite plus complète, afin de s'imprégner du militantisme, de la passion et de l'énergie qui semblent prévaloir ici. Les vins sont globalement issus d'une approche assez technologique, mais sont dotés d'une franche personnalité. Là encore, comme précédemment en cette journée, il n'est pas question de céder à la facilité et c'est bien ce qui ressort de ce séjour en Crête. Une tendance forte qui pourrait bien porter le pays vers une notoriété certaine méritée. Après tout, il y a plus de quatre mille ans que la production de vin fait partie intégrante de l'ADN des Crétois!...