La Crète, c'est un peu la bouche souriante d'un smiley, lorsqu'on regarde la carte marine de la Mer Égée!... A peine plus au nord, se situent la volcanique Santorin et Anafi, surgie de la mer sur ordre d'Apollon, dit-on, pour sauver les Argonautes en danger. Elles sont un peu comme les deux premières bouées sur la route du Septentrion. En navigant depuis Agios Nikolaos, sur la côte nord-est crétoise, il faut mettre un poil d'ouest sur le cap pour atteindre Vlychada, près du Cap Exomitis, la pointe sud de Santorini, comme on l'appelle ici. Encore faut-il que le meltem et ses rafales de nord soient en sommeil, nous ouvrant la porte sans avoir à tirer des bords carrés!...

14484840_10210645327747345_6512811061136627387_n

Vlychada a quelque chose d'insolite, avec sa petite marina en double fer à cheval, où se côtoient petits bateaux de pêcheurs côtiers, yachts de baroudeurs des mers de toutes nationalités, qui font escale ici parce que l'accueil y est des plus courtois (et des moins chers!) et catamarans de luxe, chargés de distraire pour quelques heures d'une navigation parfois musclée, quand Éole en rigole, les touristes souvent asiatiques, venus sur l'île parce qu'elle fait partie des sites à visiter une fois dans sa vie, comme le disent tous les guides de voyage du monde.

14522916_10210680256060531_5766507514085529968_n  14572821_10210647129112378_1724414559145940334_n

Vous pouvez y trouver, sans difficulté, la terrasse d'un petit restaurant accrochée à la falaise, To Psaraki (le petit poisson), qui vous offrira une vue imprenable sur le site et cette ligne d'horizon plein sud. A l'heure de midi, lorsque la chaleur impose déjà de se coiffer d'un chapeau de paille aux bords quelque peu déchirés, tant il a franchi de fuseaux horaires, il sera l'heure d'apprécier un ouzo glacé (ou deux!) et quelques mézès. Glissez quelques glaçons dans votre verre et l'ouzo à l'anis étoilé et aux aromates dessus, pour faire craquer la banquise, plutôt que l'inverse. Cela devient vite une sorte de cérémonial, lorsqu'on séjourne dans ce pays!... Pita, légumes crus, féta, olives et tzatziki... Juste de quoi se restaurer, avant de chausser ses lunettes de soleil et de partir à la plage!...

14570399_10210700545767761_4659608204418145388_n  14670637_10210700545207747_485523134357735191_n

14650325_10210700546127770_4607605837305900266_n  14718836_10210700546727785_2348760256541450825_n

Elle est juste à quelques dizaines de mètres!... Ici, le sable de la plage a toutes les nuances de gris, sous la lumière de la mi-journée et le bleu hellénique du ciel!... On peut y marcher, tout simplement, ou s'y prélasser en regardant les vagues déferler, mais lorsqu'on se tourne vers la falaise, à moins que ce ne soit une dune, on peut tenter de déchiffrer les hiéroglyphes, sûrement des tags laissés par Éole et ses copains, demi-dieux grecs de l'Olympe comme lui, venus surfer dans le coin avec quelques princesses d'Athènes ou de Thèbes.

14590316_10210708669450848_2504895832371559899_n  14520421_10210720216099507_3230864281751937640_n

Avant de reprendre la mer, hasard des rencontres typiques des pontons et des ports de plaisance!... Un Breton vivant sur l'île depuis des années, après avoir cessé son activité d'apiculteur dans le Finistère et cédé toutes ses ruches, avait besoin d'un petit coup de main. Manoeuvre dans le port pour son solide monocoque, au terme de la saison estivale et de ses navigations méditerranéennes. No problem. Il m'invite ensuite à prendre une bière à la taverne, mais juste à l'heure de notre départ. Au moment où nous larguons les amarres, il accourt sur le quai et me tend un sac en plastique opaque! "C'est du bon, je crois!..." Dedans (je le verrais plus tard, une fois au large!), ce flacon, Château Haut Marbuzet 2006!... Merci André !... Il ne reste plus qu'à passer à table pour saluer ce souvenir et se donner envie de retourner à Santorin... bientôt!...

14717238_10210733024979721_2065709635989075154_n  31934256_10216123063847324_9187667363837771776_n

Pour l'occasion, deux cuisines se rencontrent. Pour un St Estèphe issu des graves günziennes médocaines, quelque part entre Cos d'Estournel et Montrose, il faut une recette avec du répondant. Les rognons de veau crémés, flambés au Cognac de La Pouyade, accompagnés de quelques champignons de Paris, ont ce potentiel pour que s'affirme toute la volupté du vin. En guise de complices du jour, afin de se transporter au-delà des mers, quelques aubergines grillées, associées à un tzatziki typique de la cuisine crétoise. Au fil du temps, le vin s'ouvre sur des arômes de tabac blond, de fruits secs et d'épices. Ses tannins se sont joliment arrondis, même si la trace de l'élevage est toujours identifiable, comme une marque de jeunesse. Certains millésimes de ce cru ont fait de lui l'égal de nombre de "classés". Une renommée que l'on ne peut lui nier, quelques douze années plus tard.