Désert des Agriate... Désert? Quel désert?... C'est ce que vous rétorqueront parfois les habitants de cette contrée, souvent présentée comme désertique, mais où l'activité, notamment viticole est une réalité, qui participe à la diversité de Patrimonio, avec ses sols argilo-granitiques, parsemés d'affleurements divers, schisteux pour la plupart. Simon Giacometti, dans une sorte de vallon magique où, de partout ou presque, les yeux sont attirés par les montagnes, la végétation naturelle et vivante, mais aussi par la mer, qui propose à l'horizon, le bleu incomparable du golfe de Saint Florent. Ici, l'homme est épris de liberté. Il connaît sa chance et son humilité est certaine, face à cette nature préservée, qu'il se doit de transmettre, au nom de tous ceux qui ont parcouru ces chemins et ces pistes chaotiques parfois. Bienvenue au Domaine Giacometti!...

18119139_10212745861299371_3903774243908074892_n

Pour les visiteurs, le Domaine Giacometti, c'est avant tout un endroit qui se mérite!... Et je ne vous parle pas des professionnels divers et autres livreurs, qui ont à parcourir les trois ou quatre kilomètres de piste, entre le bitume et la maison. Pour Marie, qui connaît bien le domaine, ce n'est pas un souci, puisqu'elle est équipée d'un véhicule tout-terrain et qu'elle pourrait s'engager dans la plupart des raids proposant cette activité. En fait, ce n'est pas de la négligence, mais ce chemin a souffert, comme d'autres, des plus diluviennes de l'hiver et il est désormais composé essentiellement d'ornières plus ou moins profondes. Comme en plus, ce n'est pas la première année que cela se produit et que la remise en état, à coup de bulldozer, n'est pas une mince affaire, la famille Giacometti n'en est plus qu'à espérer la compréhension des usagers de passage. Finalement, cela ne fait que renforcer l'impression dépaysante d'arriver au bout du monde...

18058103_10212745862739407_7161828283161295692_n   18157652_10212745862059390_1604900994314365066_n   18118757_10212745864339447_7761561618178346740_n

Les Agriate (on ne met pas de s final, puisqu'il s'agit d'un féminin pluriel, en langue corse, comme en italien), c'est un territoire à part, qui n'a rien d'une sorte de "réserve", comme certains le laissent entendre parfois dans leurs commentaires, en précisant qu'on ne peut plus traverser la région qu'à cheval, tant le maquis est bas et dense et que toute trace de culture a disparu. Soyez certains que vous ne croiserez pas ici, au détour d'un virage, quelque habitant vêtu de peau de bête, ou alors, il ressemblera bigrement à un sanglier (parfois une vache sauvage!) surtout préoccupé par l'idée de découvrir des raisins sucrés, au moment des vendanges.

Cette région, entre Balagne et Cap Corse, dominé par le Mont Genova, fut longtemps le grenier à blé du pays. On y croisait aussi des éleveurs de brebis arpentant les chemins. Tout ce monde descendait des hameaux aux beaux jours, cultivait et séjournait dans les pagliaghju, les paillers en pierre que l'on trouve parfois dans le maquis, puis regagnait les demeures villageoises le moment venu. La région et la montagne emblématique figurant sur les étiquettes du Cru des Agriate du domaine, connaissent la présence de l'Homme depuis bien longtemps, puisqu'on y trouve beaucoup de vestiges, certains sites remontant au Néolithique.

18118614_10212745870739607_5086437655056675671_n   18119073_10212745863579428_2518078086237589930_n   18119418_10212745861539377_1089636713171059117_n

Le Domaine Giacometti, c'est bien une entité familiale, dans le sens où pas moins de quatre générations sont actuellement présentes dans le vallon, du grand-père au neveu de Simon. Le vignoble fut créé au milieu des années soixante et c'est le grand-père, Laurent, qui acheta l'ensemble en 1988, pour lui-même et pour son fils Christian, les deux décidant alors de mettre un terme à leur activité de travaux publics. Pourtant, ils sont prévenus! Lors de l'achat des 113 hectares de la propriété, certains ne manquèrent pas de leur préciser : "Ici, c'est le village où il pleut... ailleurs!..."

Si la fée électricité était bien présente alors, il restait tout à faire, de la maison aux forages, sans oublier ensuite la cave construite dans la pente et semi-enterrée, un outil bien pensé, qui devrait cependant subir quelques aménagements, voire agrandissements, afin de l'optimiser, de la réception de la vendange à l'élevage.

18118791_10212745865539477_7114969510441075780_n   18157368_10212745866979513_6557437145915407584_n   18119490_10212745864979463_8336212384971112052_n

Au milieu des essences diverses et variées qui poussent dans le maquis, des îlots de vignes s'étalent sur un total de 27 hectares. Si les vieilles vignes, plantées en 1966 et 1972, sont plus morcelées, sous le regard bienveillant du Mont Genova, une pyramide de granite de 421 mètres, séparant les Agriate "riches et agricoles" (le terme vient étymologiquement de agraire) de la partie orientale s'étendant jusqu'au rivage, dite "pauvre et aride", les premières plantations de la famille Giacometti datent de la fin des années quatre-vingt. Nielluccio, vermentino, comme il se doit, mais aussi sciaccarello, planté en 1996, composant notamment la cuvée Sempre Cuntentu, qui participe des choix innovants de la nouvelle génération, Simon et Sarah. Les plus jeunes plantes datent de 2004, l'ensemble comptant à peu près 19 hectares de nielluccio, 4 de vermentino, 4 de sciaccarello, plus quelques arpents de grenache et de syrah (cuvée Sempre Azezzu). A noter que, comme dans bien des vignobles, une sorte de complantation de fait existe ici, puisque quelques plants (1 à 2% par parcelle) sont dispersés dans les nielluccio et les vermentino, à savoir alicante bouchet, ugni blanc, muscat d'Alexandrie et même muscat de Hambourg.

A l'origine, les vignes était plantées en gobelet, mais l'ensemble a été reformé en double cordon, notamment dans le souci de faciliter certaines activités mécanisées (le domaine s'est équipé d'une prétailleuse cette année), ainsi que le travail du sol, interrompu de la mi-juillet à la fin février, mais qui reprend début mars pour le décavaillonnage. La densité de plantation est de l'ordre de 4000 pieds/hectare, selon les critères de l'appellation Patrimonio.

17991174_10212745866379498_2868899350810792993_nLe domaine est en fin de conversion et sera labellisé bio en 2017. De l'aveu même de Simon, il s'agit là d'une "conversion lente", même si l'utilisation de produits chimiques n'est plus d'actualité depuis 2009. Seule, la gestion des parasites restait naguère dans les préoccupations de son père, mais les traitements au cuivre et au soufre sont désormais les seuls utilisés. En attendant l'usage de diverses tisanes, que le vigneron tente actuellement de mieux comprendre, afin que le choix soit le plus approprié.

Pour déguster brut de cuve le millésime 2016, on s'attaque au cuvier face nord!... Une année sèche s'il en est, puisque pas la moindre goutte d'eau n'est tombée du ciel pendant quatre mois! Malgré cela, pas de blocage de maturité. Seuls, les volumes en furent affectés, puisque le domaine constate moins 20% de rendement. Malgré la chaleur estivale parfois, les nuits apportent quelque fraîcheur (nous sommes là dans la région dite du Nebbio). Au petit matin, les nuages bloqués sur les hauteurs voisines, se désagrègent et les nappes de brume descendent de la montagne, vite chassées par le libecciu, le vent dominant de sud-ouest parfois violent.

S'il semble que la cave permette une bonne utilisation de la gravité, Simon admet qu'elle n'est pas encore optimale pour la réception de la vendange (du fait notamment du volume des cuves), même si elle est en vigueur pour les décuvages et pas encore assez utilisée pour les soutirages. Mais, le vigneron a quelques aménagements en tête, en même temps qu'un agrandissement prévoyant au passage, un futur chai à barriques.

Les vinifications sont strictement parcellaires, même si les assemblages s'imposent ensuite, afin de remplir les cuves. Les choix tiennent en des extractions très limitées, un remontage journalier par pompe immergée et arrosage du marc. Il est donc plus question d'infusion et pas de pigeage.

17992163_10212745869219569_6534304043641150670_n   18157591_10212745865979488_3493265744034753746_n   18057958_10212734032123649_5855832582510254336_n

On a coutume de dire, comme pour s'excuser de notre propre enthousiasme, que nos impressions de dégustation sont parfois enjolivées par le spectacle de la nature qui nous entoure. Après les 2014 et 2015, appréciés à la Maison des Vins de Patrimonio, lors de la Journée Portes Ouvertes, je tente donc de faire abstraction des senteurs du maquis, de l'azur du ciel et de la magie du lieu, mais les 2016 prélevés sur cuves me semblent avoir un très beau potentiel. Nielluccio et sciaccarello ont d'ores et déjà des tannins ronds et souples, tout le bénéfice, selon le vigneron, des sols argilo-granitiques, vis à vis des argilo-calcaires de Patrimonio. Le vermentino s'ouvre délicatement et son expression aromatique est à la fois intense et distinguée. Deux parcelles de vieilles vignes de nielluccio (Piovanoca) montrent très vite, au cours de l'élevage, une aptitude certaine au passage en barriques. Densité, pureté du fruit, équilibre. L'une des deux cuves sera choisie pour un passage en fûts et demi-muids (en provenance de St Romain, en Bourgogne) d'une durée de six à huit mois désormais, afin de composer le haut de gamme du domaine, la Cuvée Sarah, également proposée en vermentino, issu de la parcelle Batolaccio. Cette partie élevage sous bois est, de l'avis même de Simon Giacometti, le domaine pour lequel il a encore la plus grande marge de progression. Mais, ne comptez pas sur lui pour prendre des décisions à l'emporte-pièce!... Il est à l'écoute des uns et des autres, mais son principal souci est que ses vins conservent l'identité correspondant au lieu et à sa propre histoire. Ici, l'activité agricole rejoint la culture. Naguère, il y avait dans ce vallon amandiers et abricotiers. Quelques poiriers désormais sauvages sont encore visibles. Bientôt, seront plantés des oliviers, dans un objectif paysager certes, mais aussi parce que la biodiversité est indispensable à l'homme, quel que soit son âge. Pas question de sacrifier cela à quelque mode que ce soit, ni à une quelconque uniformisation, parce que le vin est à l'opposé de cela.

17990878_10212745932861160_4299022715584440287_n

"Ici plus qu'ailleurs, la nature, l'histoire et la légende se mêlent intimement ; ces trois éléments constituent réellement la clé de la connaissance des Agriate." Jean-Michel Casta, dans Les Agriate Haute-Corse, aux Éditions Actes Sud/Dexia.